Partagez | .
 

 La nouvelle | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bêta
avatar
— Messages : 70
— Feat. : OC - littleuvar
— Réveillé(e) le : 30/01/2016
— Couleur : #525252

MessageSujet: La nouvelle | Libre    Dim 31 Jan - 16:27


Jour 103
Jour 0


Le sujet est un sujet libre, c'est à dire que si vous pensez que votre personnage (de préférence médecin ou bêta) peut être présent au Centre de soins à ce moment-là, vous êtes libres de venir nous rejoindre et d’interagir.  

« Merci. Ça va. Je te revois ce soir. » Tu portes un regard sur Maël qui t'avait recueilli dans la Voûte, qui t'avait montré rapidement la Zone Centrale de Wooden Cove, totalement envahie par la flore sauvage. Tu avais vu les vestiges de l'ancienne place de la ville et rapidement les quelques barricades de fortune dont seuls les Alphas pouvaient en sortir sans surveillance accrue. Le monde est devenu sauvage, totalement sauvage. Et chacun au village pense être les derniers survivants d'une sorte d'apocalypse. Tu sers dans ta main le petit carnet de note que tu gardais toujours sur toi, autrefois. Il te sera utile pour y inscrire des choses. Après trouver de quoi écrire quand on a un stylo sec et vieux, c'est une autre affaire.
Tu cherches à savoir, comme tout le monde ici, combien de temps tu as dormi. Tu sais que au vu des plantes et de leurs poussées, et au vu des objets récupérés à côté de toi à ton réveil, des années ont passés. Peut être même un siècle. Voir plus. Mais tu ne veux pas y penser. D'ailleurs c'est face au Centre de Soin que tu te trouves. Ton corps n'arrive pas à récupérer parfaitement, tu peines à marcher, tu as mal à la tête et tu n'arrives pas à savoir si ton corps arrivera à manger. C'est comme si tu sortais d'un coma profond. Ce qui est plutôt le cas. Mais le fait de voir tout ces gens s'activer pour construire des habitations, une nouvelle civilisation et tenter de faire au mieux pour tout le monde te donne envie de continuer et de ne pas lâcher prise. Il y a ceux qui pensent à leurs familles, surement mortes. Et il y a toi, qui n'a rien perdue de ton ancienne vie. La seule chose que tu as envie de faire c'est te reposer. Mais Maël a insisté pour t'emmener au Centre de Soins. Face à ce nom tu n'as pas refusée, tu voulais voir des médecins. Sans doute tes futurs "collègues".

Le bâtiment est ouvert, l'air peut y entrer. La partie gauche est totalement détruite, comme la moitié de Wooden Cove à bien observer. Tu entres par la partie droite, marchant lentement, et tu observes un instant les lieux. Un vieil ascenseur, qui ne fonctionne plus. Les patients doivent monter de vieilles marches peut être à peine solide. Tu avances, il y a peut être des médecins dans les environs, c'est évident. Et en arrivant près d'une vieille salle abandonnée et semblant être rebattis, tu manques de te frapper contre un géant. Tu met un sacré temps pour réaliser ce qui se passe, tes sens fonctionnant au ralenti, puis tu lèves la tête pour mieux voir l'homme en face de toi. « WADE ? » Ta voix est cassante, tu tousses. Par surprise mais aussi parce que ta gorge est encore un peu sèche et tes poumons difficilement habitués à respirer de l'air. « Qu'est-ce qu- qu'est-ce que tu ... pourquoi TOI ? » Au moins, ça a le don de la réveiller un peu de son sommeil. Wade, un ancien "ami" de promo, face à elle. Enfin, ami, plutôt ennemi, mais quand on est peut être les derniers humains sur terre, on ne prend pas le temps de détester complétement quelqu'un. On fait avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 97
— Feat. : Hibari Kyoya (10YL)
— Réveillé(e) le : 14/01/2016
— Couleur : Black

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Mar 2 Fév - 16:20


LE PASSÉ QUI NE PASSE PAS

Il y a toujours de quoi faire, au centre de soins. Peu de médecins pour des patients de plus en plus nombreux au fil des jours. C'est si épuisant que Wade ne pense plus à autre chose, il en est incapable. C'est si aliénant qu'il en deviendra fou un jour. Cette vie est bien plus dangereuse et hostile que ce qu'il a connu auparavant, que ce qu'ils ont tous connu.

On lui annonce l'arrivée imminente d'une nouvelle éveillée dans l'équipe des médecins, on ne lui donne pas davantage de précisions à son sujet. Il acquiesce avec la nonchalance et le sourire hypocrite habituels. Il est déjà affairé, il s'occupe d'une ennuyeuse paperasse médicale.

Lorsqu'il a terminé, il se lève pour rejoindre une autre pièce du centre où il est attendu, mais se fait percuter par une petite femme. Si petite qu'il la prend pour une gamine, avant de réaliser qu'il la connait déjà très bien. Silencieux, il observe son visage sur lequel se lit aisément sa contrariété, et se remémore le cadre dans lequel il a aperçu sa silhouette pour la dernière fois.
Wade. Pourquoi toi ?

Et pourquoi pas ? Je t'ai pas demandé pourquoi t'avais une coiffure affreuse, moi.

Il se contente de cracher son venin sans plus de cérémonie. Qu'est-ce que tu fais-là ? Tu vas bien ? Tu vas nous rejoindre au centre de soins ? Non, rien de tout cela ne lui traverse l'esprit. Ses papiers usées coincés sous son bras, il fixe sa chère Jazmine droit dans les yeux, faisant tourner un vieux crayon entre ses doigts.

C'est pour une euthanasie, c'est bien ça ?

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 70
— Feat. : OC - littleuvar
— Réveillé(e) le : 30/01/2016
— Couleur : #525252

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Dim 7 Fév - 13:28


Jour 103
Jour 0


Wade a l'air plutôt en forme.
Toi un peu moins. Tu continues de tousser un peu quand il te répond, sur un ton bien à lui : cynique. Tu as envie de rire parce que ce qu'il dit est drôle, mais en même temps pas vraiment drôle. Avec lui, tu sais que c'est pas des blagues pour détendre l'atmosphère. Ce n'est même pas de l'ironie. Il est juste simplement comme ça.
Quand il termine sa remarque sur ta coupe de cheveux, Tu vas machinalement te toucher le coin de ta mèche, démarrant déjà avec tes petits doigts la tresse que tu avais débuté tout à l'heure. Au vu de la tête que tu lui fais, tu n'ai pas spécialement contente de le revoir. Sérieusement : Pourquoi lui ? « Si seulement ... On pouvait ... M'euthanasier maintenant ... Pour arrêter ces douleurs. » Tu poses ta main sur ton front, le frottant un instant en lâchant une petite grimace. Tu restes calme. Ta voix redevient celle que Wade connait, douce, lente et un peu grave.

_Tu soupires un instant. Maël t'avais brièvement parlé de plusieurs médecins et mêmes d'une botaniste et d'une infirmière. Peut être que quelqu'un d'autre se trouvait dans les parages, tu jetas un bref coup d'oeil derrière vous. Puis tu te retournes devant Wade. « Je pensais jamais te demander ça mais ... » Tu inspires longuement et expires encore plus lentement. « Tu peux ... T'occuper de ... Moi ? » Tu demandais ça le plus calmement possible. Tu savais au fond de toi qu'il allait le faire, c'était surement son rôle ici d'être un médecin.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 97
— Feat. : Hibari Kyoya (10YL)
— Réveillé(e) le : 14/01/2016
— Couleur : Black

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Mar 9 Fév - 13:31


LE PASSÉ QUI NE PASSE PAS

Il demeure imperturbable, quand bien même il voit que Jazmine souffre encore de douleurs probablement dues à la cryogénisation, il ne fait pas mine de s'en inquiéter. Wade n'est pas ce genre de mec empathique et compréhensif. Le jour de son réveil, il était revenu à un état normal et sain très rapidement, presque miraculeusement. Alors aujourd'hui, il est assez peu enclin à tenir ces nouveaux éveillés par la main. Mais il prend sur lui et il le fait.

Bien sûr, répond-il lorsqu'elle lui demande de s'occuper d'elle. Sa voix est neutre, le ton est choisi comme pour exprimer une évidence.

Il pousse un léger soupir malgré tout, il avait autre chose à faire au départ. Wade n'a jamais fait autant de compromis dans sa vie, il ne s'est jamais autant adapté aux autres, il ne s'est jamais aussi bien ancré dans une communauté d'honnêtes citoyens qui établissent leur force sur l'entraide et la solidarité. Il sait très bien qu'il finira par craquer un jour, ce n'est pas son univers. Il ne fonctionne pas ainsi.

Exécutant un geste las pour inviter Jazmine à le suivre dans une pièce appropriée, il réprime un bâillement et finit par faire semblant de s'intéresser à son cas. Il essaye de rester le plus neutre et objectif possible dans ses propos.

Tu ressens encore les effets de la cryogénisation ? ou est-ce pour autre chose que tu es ici ?

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 70
— Feat. : OC - littleuvar
— Réveillé(e) le : 30/01/2016
— Couleur : #525252

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Mar 9 Fév - 17:32


Jour 103
Jour 0


_Wade t'avait répondu du tac au tac, sans attendre. Bien sûr. Tu soupirais en même temps que lui, peut être de son côté était-ce un soupir léger et plutôt d'exaspération, de ton côté c'était un soupir de soulagement. Enfin tu allais pouvoir t'asseoir et te détendre pendant qu'on s'occupe de toi. Wade est ce qu'il est mais tu serais prête à le laisser s'occuper de toi. Il était bien meilleur que toi dans les classements de la promo, c'est une bête du travail et tu as toujours trouvé ça étrange qu'un homme comme lui qui est si vieux jeu et si ... disons mauvais sans trop réfléchir ... puisse s'occuper des personnes et les soigner. C'est comme si d'un coup il se languissait d'amour pour le serment d'Hippocrate. Et Wade accepter ce serment c'est. étrange.
Tu le suis malgré tout, lentement, jusqu'à une pièce à côté, avec plus aucune porte et le plafond détruit. Tu trouves une chaise et t’assois dessus. Tu sembles tellement heureuse d'être enfin reposée que tu fais à peine attention à ce qu'il te dit. « Malheureusement pour toi ... » Tu fermes les yeux, ton cerveau est comme gelé. Tu poses ta main de nouveau contre ton crâne et tu reprends : « Tu vas devoir me subir pendant un petit moment. Je viens de ... "m'éveiller" comme vous avez l'air de tous dire. Je comprend pas encore ce qui m'arrive ... En plus, te voir toi et mon voisin de ... d'avant ... C'est comme si rien ne s'était passé. »

_Tu restes un instant comme ça, les yeux fermés. Tu soupires longuement. Le mal va passer, tu dois juste peut être manger, te reposer, dormir et puis ... « Un verre d'eau, c'est possible ? » Tu demandes ça calmement, dans une longue expiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 97
— Feat. : Hibari Kyoya (10YL)
— Réveillé(e) le : 14/01/2016
— Couleur : Black

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Mar 9 Fév - 21:29


LE PASSÉ QUI NE PASSE PAS

Comme si rien ne s'était passé. C'est vrai, le jour où Wade s'était réveillé, il avait l'impression que le temps s'était figé, qu'il allait retrouver son petit univers confortable lorsqu'il sortirait. La chute dans le vide fut vertigineuse et l'atterrissage particulièrement brutal. Il avait eu du mal à croire ce qui arrivait, mais pas de là à dire de telles choses. Non, ce n'était plus comme avant, ce ne serait jamais plus comme avant. Mais il comprend vaguement où elle veut en venir ; elle s'exprime encore maladroitement, ce doit être la confusion dans sa tête.

Tu as dû remarquer que le monde n'est plus tout à fait le même qu'avant, pourtant. Mais je crois me souvenir que ça te plaisait bien, la nature et les fleufleurs, alors ça ne doit pas te déranger tant que ça. répond-il avec une pointe de cynisme dans ses propos.

Jazmine avait toujours été très différente de lui. Il l'avait beaucoup méprisée, elle avait été son sujet de moquerie favori, partagé avec la petite bande qui gravitait autour de lui à l'époque. Aujourd'hui, il décide d'enterrer la hache de guerre ; il n'a pas changé d'avis à son sujet, mais ils ont tous les deux tout perdu, ils sont dans la même misère et bientôt dans la même équipe médicale, par-dessus le marché.

Lorsqu'elle lui demande un verre d'eau, il s'approche d'une grande cuve remplie d'eau et en extrait le contenu d'un verre, qu'il lui apporte sans rien dire, après y avoir glissé une fine poudre à base de plantes aux vertus apaisantes. Pour les douleurs, comme elle s'est plaint quelques minutes plus tôt. Il attend qu'elle prenne le verre et il s'appuie contre la vieille table en bois à côté d'elle, avant de croiser les bras et l'observer avec un regard sceptique.

Malgré les apparences, je fais quand même un effort pour m'intégrer, alors je te saurai gré de ne pas me diaboliser comme tu avais l'habitude de le faire.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 70
— Feat. : OC - littleuvar
— Réveillé(e) le : 30/01/2016
— Couleur : #525252

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Mar 9 Fév - 21:58


Jour 103
Jour 0


_Tu ne sais pas vraiment si tu dois rire ou pas de ses blagues. "Blagues" c'est un bien grand mot. En fait ça a toujours était comme ça avec lui de toute façon. Il parle et tu préfères ne rien dire, quitte à lâcher un petit rire discret. La nature et les fleufleurs. C'est bien au moins il n'a pas oublié. Le monde a décidé de les réunir apparemment, eux qui ne vivaient pas du tout dans le même. Et cet endroit, ce ... Wooden Cove futuristes, abandonné et post apocalyptique ... C'est un peu comme si tu avais gagné, c'est vrai. Et Wade n'a pas tord, oui ça lui plait. Non, elle n'a pas pleuré en voyant ce monde. Et non elle n'avait rien perdu. Juste qu'elle pensait aux autres, à Maël, et maintenant à Wade qui devait se sentir bien seul.
Tu attrapes le verre d'eau et tu sens la poudre qu'il a mit dedans. C'est une odeur familière, une odeur de camomille. Tu bois lentement pour que la plante agisse calmement, mais sans t'arrêter jusqu'à la toute dernière goutte. « Je vois bien que tu fais des efforts. Sinon le Wade que je connaissais ... avant ... n'aurait jamais été là pour moi. » Tu poses lentement le verre au sol. « Merci. »

_Tu avais ignorée la fin de sa phrase. En réalité tu as toujours était bonne pour ça. Écouter et réfléchir avant de parler. Tu te cambrais en te mettant en avant, posant ton coude sur ton genoux, la tête déposée tout contre ta main. Tu parlais calmement, en prenant ton temps : « Tu n'as jamais cherché à me connaitre Wade, et moi non plus je dois dire. » Tu tournes ton regard progressivement vers lui, jusqu'à l'observer dans les yeux. Tu souris brièvement tout en gardant ce grand calme apaisant. La Astéracée agit très rapidement. « C'est ce que tu penses de moi ? ... Que je suis capable de te critiquer et de dire que tu es un parfait connard ? Je le pense c'est vrai ... Mais je ne le dis pas. Rendre la vie des autres difficile ne m'a jamais vraiment amusé ... »

_Tu n'écoutes plus, tu repenses à toutes ces années où Wade et toi vous vous chamailliez. C'est un euphémisme pour dire que à chaque fois que vous vous croisiez vous ne vouliez déjà plus vous voir. Parfois il t'arrivait même de lui dire des choses blessante, sans réfléchir, parce que tu es comme tout le monde et que quand on touche la corde sensible il est difficile de rester calme trop longtemps. C'est du passé. Et puis dans le fond tu sais que Wade peut être une bouée de sauvetage pour toi. « Alors ? ... Qu'est-ce que tu fais au camp ? Tu fais des recherches médicales ? Je peux t'aider à en apprendre plus sur la Phytothérapie ... Tu as toujours adoré ça. » Tu faisais la première ironie depuis ton éveil. Bizarrement tu te sentais un peu mieux déjà, et cet homme face à toi était pour quelque chose. Tu pensais plus à le taquiner que penser à ta famille, aux autres et au "passé".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 97
— Feat. : Hibari Kyoya (10YL)
— Réveillé(e) le : 14/01/2016
— Couleur : Black

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Mer 10 Fév - 0:27


LE PASSÉ QUI NE PASSE PAS

Merci. Un terme assez peu répandu dans les échanges de Wade avec l'extérieur, un peu trop respectueux pour être employé. En vérité, il est si indisposant que personne n'a jamais envie de le remercier. Il se donne un air si excédé lorsqu'il doit s'occuper d'un patient que personne n'oserait prononcer ce mot de peur qu'il ne se torche avec. Il n'attend d'ailleurs jamais de remerciements, il ne fait pas ça par charité, il le fait parce qu'il a le devoir d'apporter sa contribution à la communauté. On le laisserait sûrement crever sinon.

Il se gratte légèrement le menton tout en l'écoutant parler. Elle semble soudain d'humeur à faire des confidences, et il est vrai qu'ils auraient beaucoup de choses à se dire, en théorie. Mettre les choses au clair, faire la paix. Ils n'ont jamais cherché à mieux se connaître, le contexte dans lequel ils se trouvaient à l'époque et leurs idées opposées les en empêchaient radicalement. Malgré tout, Wade n'est pas une crème, alors au lieu d'acquiescer, il ouvre la bouche, y introduit deux de ses doigts et mime une soudaine envie de vomir, purement sarcastique.

Du calme, je n'ai pas non plus dit que j'étais ton pote.

Wade est effectivement un connard, c'est une évidence. Elle peut le penser autant qu'elle veut, tant qu'elle n'essaye pas de le couler en essayant d'entacher sa réputation. Elle ne semble pas disposée à faire ça, alors il lui adresse simplement un petit sourire énigmatique pour agrémenter ses propos.

Elle se met à le questionner sur ses occupations ici. Il en déduit que cela pourra l'aiguiller sur son futur rôle au sein de la communauté, puisqu'elle est médecin elle aussi, puisque son expérience est similaire à la sienne à quelques détails près. Le visage détendu, l'air apaisé, il lui répond sur un ton très calme.

Oui, je fais de la recherche, et je passe beaucoup de temps à soigner les blessés et les malades. Certains ont beaucoup de mal à s'adapter à cette nouvelle atmosphère, ils ont besoin d'un suivi tout particulier. Tu t'en rendras compte, on est vite débordés ici.

Il repose son regard sur elle lorsqu'il saisit le sarcasme. Wade a toujours préféré le chimique au naturel, elle s'en doute et devine que ce doit être une plaie pour lui de devoir travailler avec des plantes. En temps normal, il l'aurait envoyé chier, mais il ne peut décemment pas cracher sur cette proposition.

Pourquoi pas... on n'a plus grand chose de très élaboré comme matériel médical, l'usage des plantes n'est plus une option malheureusement, lui répond-il, pensif.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 70
— Feat. : OC - littleuvar
— Réveillé(e) le : 30/01/2016
— Couleur : #525252

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Ven 19 Fév - 20:44


Jour 103
Jour 0


_ Wade est parfois un peu gamin sur les bords. Borné, têtu, ce genre de petites choses. D'habitude ça t'énerverais, parce que c'est lui. Mais là en cet instant tu avais envie de rire et il y arrivait. Tu as toujours mal au crâne, tu te sens faible, et tu ne sais pas si ton état va durer. Wade parle de personnes ayant "du mal à s'adapter". Tu m'étonnes. Maël ne sait pas où est son frère jumeau et ça l'inquiète énormément. D'autres cherchent encore une autre part de vie ailleurs. Et toi ... Tu ne fais pas vraiment encore assez attention à ça. Tu es toujours dans une phase de calme et d'irréalité.
Et puis Wade accepte. "Pourquoi pas" c'est ce qu'il te répond. Tu lèves tes yeux écarquillés vers lui, tu es surprise d'une telle réponse de sa part. Mais la situation est bien trop urgente pour ne pas se mettre tout de suite en quête d'un nouveau remède. Tout est à refaire. Tout. « Si je peux apporter mon aide, dans ce cas je t'aiderais. »

_ Tu laisses un temps de réponse, tu soupires. « Mais avant ça je pense que je vais me reposer. Je peux emprunter un lit ? On m'a dit qu'il y en avait à l'étage ? » Ce "on" c'est Maël. Il lui avait déjà presque tout expliqué. Tu n'arrivais pas face à Wade trop paumé non plus. Juste, simplement, tu ne réalisais pas encore très bien. La seule chose dont tu as envie c'est dormir. Là, maintenant.

_ « Ce que tu m'as donné. C'était à la camomille ... C'est déjà une bonne chose si on en retrouve ici. Je pourrais en avoir encore un peu ? » Même si une utilisation trop persistante peut entrainer certaines complications. Tu en as grandement besoin, la migraine revient sans arrêt. Et tu sais finalement que dormir ne servirait à rien. Après tout, ça fait plusieurs années que vous dormiez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 97
— Feat. : Hibari Kyoya (10YL)
— Réveillé(e) le : 14/01/2016
— Couleur : Black

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Dim 21 Fév - 14:12


LE PASSÉ QUI NE PASSE PAS

Si on lui avait dit autrefois qu'il accepterait un jour de coopérer avec Jazmine, qu'il tolérerait une once de connivence entre eux, il aurait craché par terre en riant. Et voilà maintenant qu'une entente soudaine et inattendue se crée autour d'un problème commun. Ce qui le pousse à cette tolérance, c'est qu'il sait malgré tout que Jazmine est compétente. Il a bien plus confiance en ses qualités de médecin qu'en celles de ces jeunes ayant à peine amorcé leur deuxième ou troisième année de médecine. Il n'y parait pas au premier abord, mais le souci de matériel est seulement partiel : le niveau de compétence laisse aussi à désirer selon Wade, à cause du jeune âge de la plupart d'entre eux. Partant de ce constat, il doit se rendre à l'évidence que Jazmine est un atout majeur pour lui comme pour les autres, il ne peut pas le nier. Son orgueil en prend un coup, mais il sait que tous deux seront bien plus efficace s'ils coopèrent, ils se compléteront mutuellement dans leur domaine.

Il accepte même de prendre soin d'elle, c'est un grand pas en avant dans la démolition du mur de haine qui les a toujours séparés. Les bras croisés, il détourne le regard et observe longuement le sol, réfléchissant à la demande de la jeune femme qui a exprimé le souhait d'emprunter un lit. Le repos est important après un sommeil cryogénique, mais il faut avouer que les chambres sont souvent pleines, il est déjà arrivé qu'il fasse dormir des patients sur des lits improvisés.

Je crois qu'il reste effectivement des lits inoccupés. Je t'y accompagne, si tu veux, répond-il avec sollicitude.

Il s'écarte de la table et l'invite à le suivre, il commence à connaitre le lieu par cœur et il sait où il reste de la place. Mais Jazmine l'arrête dans son élan en reprenant la parole, et lui demande une nouvelle dose de camomille. Il lui lance un regard inexpressif, se demande si c'est vraiment nécessaire ; l'effet apaisant n'est pas immédiat, en prendre plus n'accélérera pas les choses. Mais il cède, pousse un léger soupir et lui en redonne un verre avec une dose plus petite que la précédente.

N'en abuse pas, tout de même. Ces plantes sont assez difficile à trouver maintenant.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 70
— Feat. : OC - littleuvar
— Réveillé(e) le : 30/01/2016
— Couleur : #525252

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Dim 21 Fév - 16:51


Jour 103
Jour 0


_ Qu'il le veuille ou nom, Wade aurait été obligé de t'accompagner. Les lits se trouvent au premier étage. Et tu n'ai pas parfaitement en état pour marcher. On t'avait brièvement proposé de prendre un bout de bois pour te supporter, mais tu avais envie de te débrouiller toute seule. Il te fallait juste un peu de temps, c'est tout.
Wade te donna de nouveau de l'eau avec cette drôle de mixture. Tu avais parlé de camomille mais ce n'en était pas. Il avait raison de la prévenir. Ne pas en abuser serait la meilleure des idées, et ce genre de plante sont difficiles à trouver. Des plantes nouvelles, des plantes dont la pousse est extrêmement longue. Tu ne le sais pas encore, alors tu le regardes simplement avec un sourire puis tu dis calmement sans méchanceté : « Je croyais ... au début, que tu t'inquiétais pour ma santé. Mais apparemment ... tu t'inquiètes plus pour ces herbes. » Petit rire. Tu bois lentement, et tu redonnes le verre. C'est agréable, c'est pas mauvais. Un peu acide en bouche mais tu te sens déjà un peu mieux depuis le premier verre. « Finalement nous avons un point commun : nous préférons les plantes aux êtres humains. »

_ Tu le suis, lentement. Peut être que ça l'énerve d'avoir un poids sous le bras, mais tu sais que tu n'ai pas la première dont il s'occupe des débuts d'éveil. Les marches sont assez grandes mais pas très haute, en un rien de temps vous êtes à l'étage. Les lits sont bien là, avec de vieilles couvertures. C'est le désordre organisé, on va dire. Un désordre de médecins. Tu t’assois près des fenêtres ouvertes. Les carreaux existent encore pour certaines, mais les coins ont été retravaillés et reconstruits pour pouvoir tenir de la rouille tout autour. Certaines fenêtres sont même comme placardés. Tu n'aimes pas vraiment cet endroit mais tu te dis qu'il vaut mieux faire avec. Les lits sont inconfortables, mais là encore ce sont tes goûts de luxe qui resurgissent. Tu ne pensais pas être à ce point aussi demandeuse de ... confort. « On voit le quartier d'ici. » Tes yeux sont vers l’extérieur mais tu sais que Wade est encore là. « C'est super que vous ayez l'eau potable, un minimum d'hygiène ... Est-ce que ... » Tu réfléchis puis te retournes vers ton vieux camarade de promo, les fesses posées sur le lit, les mains sur les genoux. « Est-ce que tout le monde va bien ? »
La question était plus est-ce qu'il y a déjà eu des blessés ? des maladies ? est-ce qu'on est vraiment les seuls survivants comme dit maël ? est-ce que va y avoir beaucoup de choses à faire ? à refaire ?

_________________

Mon Image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 97
— Feat. : Hibari Kyoya (10YL)
— Réveillé(e) le : 14/01/2016
— Couleur : Black

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    Mar 23 Fév - 1:27


LE PASSÉ QUI NE PASSE PAS

Préférer les plantes aux êtres humains, quelle drôle d'idée. Wade n'a pas de préférence, il n'aime aucun des deux, cela lui facilite grandement la vie. Ses paroles ont été détournées, mal interprétées. Mais il ne fait aucune remarque, il ne la contredit pas et n'essaye même pas de lui faire comprendre qu'elle se méprend sur son compte. Laisser les gens se voiler la face fait aussi partie de son travail, en quelque sorte. Tout va bien se passer, je vous promets que votre maladie va guérir et que vous ne souffrirez pas.

C'est ça, j'adore les plantes.

Il repose le verre avec les autres d'un geste las, et passe la porte dans une démarche nonchalante pour se diriger vers l'escalier qui mène au premier étage, avec Jazmine à sa suite. Par chance, la première chambre qu'ils atteignent est vide, seulement trois lits défaits s'y trouvent. C'est le chaos dans la pièce, mais personne n'a le temps de s'occuper de l'entretien du centre de soins ; ils ont tous plus ou moins réussi à s'accommoder de ce désordre importun depuis le temps.

Il se donne la peine d'arranger au mieux un des trois lits pour Jazmine, avant qu'elle ne s'y installe, le regard rivé vers une fenêtre grand ouverte. Il l'observe quelques instants, elle semble pensive. Elle ne s'endormira pas avec une telle confusion dans son esprit, avec autant de questions sans réponses.

Tu es bien bavarde pour quelqu'un qui a besoin de sommeil, fait-il remarquer avant de poursuivre. Vu l'hostilité de la faune locale, navré de te le dire, mais on a déjà eu des morts et de nombreux blessés. Le meilleur, c'est qu'on ne peut plus faire d'anesthésie, je n'ai jamais vu une telle effusion de douleur et de cris d'agonie en même temps. J'en ai des frissons.

Il s'exprime comme s'il parlait d'une simple banalité qui a sa place au cours d'un échange tout à fait cordial. Il a toujours eu un humour très noir  ; il n'y a pas une once de sérieux dans ses propos, mais il sait pourtant que le citoyen moyen, ancré dans ses principes bien chrétiens, sera foncièrement révolté par cette ignominie.

Tout ça n'est pourtant qu'une divertissante provocation. Wade est loin d'être aussi déséquilibré qu'on le prétend.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La nouvelle | Libre    

Revenir en haut Aller en bas
 

La nouvelle | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une très mauvaise nouvelle ( Libre )
» [Magazin de jouets] Une nouvelle poupée? [PV: Drozell Keinz & Jude Wolf]
» [LIBRE] Une nouvelle Directrice
» Une nouvelle arrivée chez les gryffondor [libre]
» Petite nouvelle du Renard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wooden Cove  :: Wooden Cove :: « Zone Centrale :: Centre de soins-