Partagez | .
 

  J+116 - Réveil de Cleo Levasseur & Nikita Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Legba - Creatures of the night
avatar
— Messages : 727
— Réveillé(e) le : 14/12/2015

MessageSujet: J+116 - Réveil de Cleo Levasseur & Nikita Williams   Sam 13 Fév - 22:25

Cryopod n°2 || segment n°2B & Cryopod n°6 || segment n°1B


Même après un cauchemar terrifiant, vous n'avez jamais vécu de réveil aussi brutal que celui-ci. Vous vous sentez engourdi, comme coincé dans un carcan de coton, avec la bouche pâteuse et vous devez déployer une énergie phénoménale pour ne serait-ce qu'ouvrir les paupières. Une voix féminine délivre un message, sur un ton calme et posée mais artificiel.

❝ Invité, vous arrivez au terme de votre séjour dans un cryopod de la société Cryolab. Il se peut que vous ressentiez un léger malaise et/ou des étourdissement en ré-intégrant l'atmosphère extérieure. Vos effets personnels vous seront rendus à l'aide des compartiments usités à votre arrivée ici, se trouvant sur la droite de votre pod. La société CryoLab vous souhaite un agréable réveil. ❞

Le message se termine par un bruit de carillons et vous entendez un bruit de succion. La porte vient juste de s'ouvrir.

Citation :
Vous venez tous les deux de passer un temps indéterminé à l'intérieur d'un cryopod, dans un état de sommeil cryogénique - et ça laisse des traces. Lorsque la porte s'ouvre, vous êtes tous toujours dans un état de refroidissement extrême. Vous allez passer un sale moment à la sortie, votre cerveau - affolé - n'a pas encore retrouvé les pleins pouvoir sur votre corps.

Vous allez être déboussolés, vous pouvez paniquer, vomir, vous évanouir, trembler etc... Les effets du sommeil cryogéniques peuvent mettre un quart d'heure comme deux, trois jours pour s'estomper.

Une fois sortis des cryopods, et un tant soit peu remis de votre réveil, chacun d'entre vous pourra voir qu'il y a un couloir d'ouvert, un couloir qui mène à une pièce centrale.
Mais.... Où peut bien se trouver la sortie ?

hrp : Une fois votre réponse écrite, vous êtes libres de commencer le RP dans les autres zones. Vous pouvez aussi poursuivre ce sujet-ci pour davantage d'immersion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://woodencove.forumactif.org
Alpha
avatar
— Messages : 12
— Réveillé(e) le : 12/02/2016

MessageSujet: Re: J+116 - Réveil de Cleo Levasseur & Nikita Williams   Dim 14 Fév - 17:09


Wake me up before you go
AVEC NIKI (dans l'autre salle, jor loin)

Une voix résonnait. Une voix qui prononçait son nom, mais la rousse serait incapable de dire d'où elle venait. Elle serait incapable de comprendre précisément ce qu'on lui disait d'ailleurs. Son esprit semblait lentement revenir à la réalité. Une réalité bien plus froide que ce à quoi elle se serait attendue. Où était-elle, exactement ? Dans une avalanche ? La panique commença à monter par vagues, et elle aurait sursauté si ses muscles réagissaient. Mais rien ne réagissait. Ses paupières ne s'ouvraient pas, son corps lui semblait loin, déconnecté. Elle se serait crue morte si sa respiration n'était pas aussi paniquée, aussi rapide, aussi bruyante. Au son que ça faisait, Cleo put déterminer être dans un espace clos. Pas dans une avalanche, pas un corps perdu sous la neige qu'on retrouverait jamais. C'était déjà ça de gagné. Pourtant elle n'était pas rassurée. Elle avait peur, elle tremblait de tous ses membres à défaut de pouvoir bouger. La voix venait de l'extérieur. Cryolab. Ah ouais merde. Les gens, le cocon, la tenue bizarre, l'appel alors qu'elle allait partir voir son frère. Tout cela défila rapidement dans l'esprit de la secouriste tandis que la voix continuait son discours, imperturbable. Mécanique. Ce n'était pas une vraie femme qui lui parlait. Mais qui allait lui ouvrir ? La panique s'intensifiait, et elle perdait sin énergie à respirer au lieu d'essayer de la concentrer sur le fait d'ouvrir les yeux. Ils lui semblait que ces derniers soient collés. Secs. Est-ce qu'elle pouvait encore voir, au moins ? L'appréhension lui retournait l'estomac. Avec le froid et son corps qui semblait ne plus lui appartenir, ça n'arrangeait en rien la situation. Cleo avala à grand peine sa salive, sentant que sa bouche était désagréablement pâteuse. Elle n'aurait jamais pensé que le sommeil pouvait être aussi fatiguant.

Le message continuait de se dérouler, imperturbable. La femme parlait d'un léger malaise, et la rousse aurait eu un petit rictus sarcastique si elle l'avait pu: déjà qu'elle avait l'impression d'être coincée dans.. du coton.. opprimant.. Mais si ça c'était léger, elle ne voulait pas savoir ce qu'était un 'malaise', un vrai. Il fallait qu'elle bouge, merde. La frustration de ne même pas pouvoir exprimer son désarroi lui donnerait peut-être de l'énergie, allez savoir. La secouriste se concentrait sur ses yeux dans l'espoir d'enfin y voir quelque-chose. La voix mécanique lui souhaitait un agréable réveil. C'était terriblement agréable, ce qu'elle était chou de s'en soucier. Un bruit de succion se fit entendre, et elle sentit l'air s'engouffrer à l'intérieur.

Du froid. Encore plus de froid. Effectivement, le contact avec l'atmosphère extérieure créait un 'malaise', au bas mot. Il faut pourtant croire que ce choc lui fut bénéfique, puisque la demoiselle put enfin ouvrir les yeux. Le tout pour ne rien voir. Quelle déception. Déception qui fut bien vite oubliée lorsque la gravité la rappela à l'ordre. Cleo ne tenait pas debout, et ses jambes plièrent sous son poids. Une douleur explosa tans ses genoux. Dans sa tête. Elle avait heurté le sol, sans amorti. Maintenant elle était allongée sur le sol, le sol froid, tremblante, engourdie. Et cette combinaison à la con qui enserrait son corps. Elle avait l'impression que a gênait sa respiration, respiration qui allait en accélérant. Elle voulait refermer les yeux, le simple fait de voir empirait ce mal de crâne. Et tant pis si elle se rendormait, ça faisait deux minutes qu'elle était consciente, et la rousse n'en pouvait déjà plus.

Mais non, elle n'allait pas dormir.

Elle n'allait certainement pas dormir parce qu'elle ne se réveillerait peut-être pas une seconde fois. Ce constat la tétanisa autant qu'il lui donna envie de se lever. Ca ne pouvait pas durer. Il fallait qu'elle bouge, qu'elle enlève cette combinaison, qu'elle trouve de l'aide, n'importe-qui. Ses yeux verts parcourent ce qu'elle pouvait voir depuis sa position affalée à grand-peine, très lentement. Elle n'y voyait rien. Ou du moins pas grand-chose. Il faisait terriblement sombre. La jeune femme se concentra sur le sol. Quasiment tout son corps était en contact avec le sol. Où étaient ses mains, exactement ? Ses muscles ne semblaient plus coordonnés avec son cerveau, sans parler de son appréhension de l'espace. Et ils lui faisaient mal aussi. Mais à vrai dire c'était une telle évidence que son esprit ne s'y attardait plus. Elle se donna ordre de bouger. Sans succès. C'était frustrant. C'était frustrant et elle avait envie de casser quelque-chose, mais le simple fait de fermer son poing lui semblait hors de portée. Au lieu de ça elle repoussa le sol de toutes ses forces, déployant en réalité une énergie ridicule qui la fit rouler sur le dos. C'était toujours ça de gagné. Sa tête la lançait, difficile de réfléchir dans ces conditions, sans parler des tremblements qui n'avaient pas cessé. Le sol était froid.

" Bordel de.. "

Mais elle fut incapable de terminer son juron. Pourtant elle le voulait. Ce n'était pas plus mal me direz vous. Sa bouche était trop pâteuse pour former des mots jusqu'au bout, il semblait que sa gorge se rebelle à l'idée de produire un son. Une toux la prit violemment, comme pour lui dire de ne pas réessayer. Il lui fallut un certain temps pour reprendre ne respiration régulière normale. Combien de temps ? Elle n'en savait rien. Plusieurs minutes, plusieurs heures ? Aucune idée, rien ne lui indiquait l'écoulement du temps dans cette obscurité, en définitive elle serait même incapable de déterminer s'il faisait jour ou nuit. Ni si elle était toujours à Wooden Cove. Ni si elle était vraiment vivante. La panique monta à nouveau dans son ventre. Mais non. Il fallait qu'elle se calme, qu'elle respire, qu'elle.. trouve de l'aide. Les connexions se faisaient lentement dans son esprit. Déployant des efforts qui lui semblèrent démesurés, la demoiselle roula sur le côté et plaqua ses paumes contre le sol, se fichant bien d'écraser ses longs cheveux défaits.

Pour trouver de l'aide.. il fallait se lever.

Oui. Il fallait qu'elle marche. Ce mot venait de s'imposer à son esprit comme une évidence. Qu'elle tienne debout. C'était pas gagné. Ses muscles se déchiraient à chaque impulsion qu'elle tentait d'envoyer. Elle poussa une fois de plus le sol, se retrouvant assise, genoux à terre, jambes repliée. Pas très agréable comme position. Mieux que sur le ventre cela dit. L'effort lui faisait tourner la tête, et si Cleo tenta d'atteindre sa son cou, sa nuque, l'endroit où semblait commencer sa combinaison, ses mains n'étaient pas de cet avis. Les mouvements étaient trop approximatifs, ses doigts n'avaient presque aucune sensibilité, ajoutant à sa frustration. Elle n'y arriverait jamais. Elle avait envie de pleurer. Ou de tout fracasser. Ou de vomir. Un haut-le coeur remonta tandis qu'elle reposait ses mains à terre pour ne pas basculer et se casser le nez. Non. Non putain. Non elle avait le ventre vide, elle ne pouvait pas vomir.

Oh, ça n'empêcha pas son corps d'essayer.

Elle se sentit bloquer sa gorge, comme pour vomir sans que rien ne vienne. Pas que ça la gêne. Pas que ça la.. mais elle avait pensé trop vite. Quelque-chose de brûlant remonta brusquement pour finir par terre devant elle. Répugnant. Ca laissait un goût affreux dans la bouche, ça la brûlait. Et elle était infoutue de s'essuyer la bouche. Elle allait vraiment finir par pleurer. Repoussant son dégoût pour ne pas recommencer, la rousse s'éloigna de cette horreur qui venait de quitter son corps tant bien que mal, reculant, repoussant le sol avec ses jambes de façon hasardeuse, reculant jusqu'à ce que son dos touche quelque-chose. Quelque-chose de froid, pour changer. Elle tremblait encore. Elle passa ses mains dans son cou, dans l'espoir de trouver une ouverture à cette combinaison. En vain. Ses doigts ne répondaient pas, ses mains étaient trop 'loin', son corps entier comme hors de sa portée.

" A- à l'ai..de "

Réussit-elle à articuler sur un ton tout à fait pathétique. Un murmure. Un soupir. Personne ne pouvait l'avoir entendue ici. Elle n'avait plus qu'à se rendormir. Ca irait peut-être mieux après ? Cleo laissa sa tête tomber en avant, les yeux mi-clos, attendant que le temps passe, que quelque-chose se passe. Que quelqu'un la trouve ? Cette blague. Fallait pas se faire de faux espoirs non plus.


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 25
— Feat. : Q - Skyfall
— Réveillé(e) le : 12/02/2016
— Couleur : seagreen

MessageSujet: Re: J+116 - Réveil de Cleo Levasseur & Nikita Williams   Dim 14 Fév - 17:58

Bloody Hell
Nikita Williams & Cleo Levasseur
Des réveils. Il en avait vécus des milliers et pas toujours des drôles... mais se réveiller dans son frigo ? C'était à se demander à quel point il pouvait être con lorsqu'il était somnambule. Ce fut donc dans un état second, les membres engourdis par le froid, que Nikita ouvrit les yeux. Qu'est-ce que... ? Où était-il ? C'était pas sa cuisine, et pourtant, il aurait vraiment trouvé plus logique de s'être endormi dans le congélateur pour le coup. C'est alors qu'il l'entendit... la voix. Voix qui semblait si froide et distante à ses yeux, étant donné son état des plus... problématiques. Il comprit vaguement que ses affaires étaient pas loin, qu'il sortait d'un cryopod et... que... il savait pas trop. Son esprit était trop embué pour qu'il réfléchisse correctement et ce froid... ce froid le faisait trembler à un point terrible. Brusquement, la porte s'ouvrit et le brun s'écrasa au sol, incapable de tenir debout tant ses membres étaient engourdis. Il ne sentait plus ses jambes... ses jambes et un bras... il ne les avait pas perdus, n'est-ce pas ? Non, c'était pas vrai, il pouvait pas... Non. Il arrivait à les bouger, et dans la température ambiante, il commençait progressivement à reprendre leur contrôle.  Mais malgré tout, le jeune homme était saisi de tremblement si saccadés qu'ils l'étouffaient presque, coupant court à sa respiration déjà trop faible.

Nikita tenta de refermer son poing dans un signe un minimum cool – un signe de détermination. Et ce ne fut qu'avec une extrême lenteur qu'il y parvint. Tournant légèrement la nuque, il essaya d'observer les environs et de détecter la présence de quelqu'un, mais sa vue était trop floue et ses penses trop confuses pour qu'il y parvienne. Une terrible migraine lui plombait la tête et un haut-le-coeur terrible l'avait attrapé aux tripes.

"Gerbe pas, gerbe pas..." murmura-t-il, mais la moindre parole semblait pouvoir l'épuiser d'avantage.

Il allait crever ? Non, il devait survivre. C'était trop con de mourir comme ça après... après quoi ? Il avait du mal à se souvenir de ce qui s'était passé. Oh, Nikita avait une excellente mémoire, mais le sommeil avait tendance à l'endommager gravement. En l'occurrence, son état quasi-second n'était pas propice à des réflexions philosophiques sur sa présence ici. Tout ce à quoi il devait penser, c'était se relever, ne pas traîner au sol qui n'était pas plus chaud que le reste de la pièce de toute façon... essayer de respirer normalement, et prendre ses affaires. Ne pas vomir, ne pas s'évanouir, et ne surtout, surtout pas se rendormir. Son sommeil avait été assez long ainsi... Lentement, très lentement, il entreprit de bouger ses membres un à un, de se mouvoir pour ne pas traîner au sol comme une serpillère. Le brun se redressa enfin, même si ses membres endoloris et des chutes successives rendirent le processus des plus ardus. Maintenant, les aff—

Nikita plaqua brusquement une main contre le mur le plus proche, sentant que ses jambes tremblantes n'auraient su le soutenir plus longtemps, et une autre devant sa bouche de crainte de rendre son dernier déjeuner – qui devait dater d'ailleurs. Sa respiration s'accéléra brusquement alors qu'il luttait pour se maintenir debout. Si il tombait, il risquait de ne pas se relever avant un bon moment et vu son état, il ne souhaitait pas prendre le risque. Rah, sa tête ! Qu'est-ce qu'il avait mal, bon sang ! Bon... bon, il devait... récupérer les machins qu'il avait placés là. A droite du pod. C'était lequel son pod déjà ? A tout hasard, il ouvrit le compartiment du plus proche, et tâtonna jusqu'à tomber sur un truc qui ressemblait vaguement, au toucher, à ses lunettes. Il les saisit, toujours tremblant, ouvrit les branches et les plaça sur son nez... bon, il voyait déjà mieux. Enfin à peine ; sa vision demeurait relativement floue à cause de la fatigue et son mal de crâne. Eh ouais, tout ne pouvait pas s'arranger... bon, le reste... un gros sac rempli de vêtements, rien de bien énorme mais de quoi tenir, une ou deux babioles gardées en souvenir par sentimentalisme et le reste... il avait pas grand chose. Le jeune homme retira rapidement sa combinaison trop lourde à ses yeux, fouillant dans le sac pour trouver quelques trucs à se mettre.

Merde. Il avait pas pris sa brosse à dents.

Maudissant le ciel, Nikita se retourna d'un pas chancelant, longeant les murs et les pods de crainte de s'écrouler au sol. Déjà que ça lui arrivait sans avoir été congelé durant des années... Il devait à tout prix trouver une sortie. Tremblant toujours comme une feuille, de manière incontrôlable et presque effrayante, le jeune homme, non sans claquer des dents et grogner, l'oeil vide, se dirigea vers la seule issue possible. En l'occurrence, un couloir obscur menant... où ? C'était à lui de le découvrir.

Le Gamma peinait à avancer, finissant par se coller littéralement aux murs, ses affaires plaquées sous le bras. Bien que ceux-ci soient froids, sûrement trop pour lui, ils lui permettaient au moins de ne pas s'étaler au sol. En temps normal il aurait pensé à se masser les jambes pour se réchauffer un peu, mais en l'occurrence il ne parvenait pas vraiment à faire usage de son cerveau correctement. Finalement, il atteignit ce qui ressemblait à... une pièce centrale, puisque plusieurs couloirs similaires à celui qu'il venait de quitter. Lequel menait à la sortie ? Y avait-il seulement une sortie, ou était-il condamné à errer dans ce véritable tombeau jusqu'à en mourir d'épuisement, jusqu'à regretter de ne pas avoir joué les Belles au Bois Dormant plus longtemps, jusqu'à ce que trépas s'ensuive... ? Non, il ne devait pas être pessimiste. La mort n'était en aucun cas une option dans sa situation et il devait avancer. De nouveau, il écarta une mèche gelée qui bloquait sa vue. La température de son front était inquiétante tant elle était basse, et celle de ses mains était pire encore. Aussi il les glissa dans ses poches. Son haut, bien que fait de laine, n'était pas des plus chauds, mais c'était déjà mieux que rien. Il aurait bien aimé tomber sur un miroir ; sa mine hagarde devait être magnifique.

Nikita reprenait des forces même si sa condition musculaire des plus problématiques et le sommeil qui se faisait dangereusement ressentir commençaient à sérieusement l'inquiéter. Le sang battait à ses tempes et pour un peu une couche de sueur les aurait recouvertes si il n'avait pas à employer son énergie ailleurs. Il devait aller quelque part... où ? Le brun était déboussolé, et perdre ses repères ainsi, ne pas pouvoir se fier à sa mémoire anormale, sentir le sommeil s'immiscer dans son esprit de manière insidieuse et progressive, comme un poison lent que ses veines véhiculeraient et qui ne lui laissait qu'un temps imparti minuscule pour s'en sortir...

Ca l'angoissait terriblement et il avait du mal à détacher ses pensées de cela... ce qui l'empêchait de se concentrer sur sa survie.

Secouant la tête avec une vivacité étonnante – ce qui ne fit qu'aggraver brusquement sa migraine – il choisit d'emprunter au hasard un des chemins qui s'offraient à lui. Aussi il avança, toujours les mains dans les poches mais l'air moins nonchalant que maladif, et s'engouffra dans un nouveau couloir. Mauvaise limonade en perspective, parce qu'il ressemblait à deux gouttes d'eau à celui qu'il venait de quitter. Si il était tombé dans un labyrinthe... Eh bien il trouverait un plan rapide pour s'en sortir mais étant donné que ses jambes étaient autant en compote que son cerveau, c'était quand même mal parti. Sa vue était toujours floue pour ne rien arranger, même si la migraine et la nausée étaient le pire dans l'histoire.

En parlant de nausée... une odeur désagréable de déjeuner rendu flottait dans la pièce qu'il venait d'atteindre et lui agressait les narines. Il y avait eu... quelqu'un ici, récemment ? Ou bien c'était lui dans son sommeil – mais non, qu'est-ce qu'il racontait, il n'avait pas pu quitter son pod avant... C'est alors qu'il remarqua une vague forme rougeâtre appuyée sur le mur à ses côtés. Avant de la heurter bêtement, le brun recula brusquement, manquant de basculer en arrière au passage, et cligna des yeux à plusieurs reprises pour essayer de discerner ce qu'il avait en face de lui. Son coeur battant la chamade se calma un peu lorsqu'il comprit qu'il avait en face de lui une jeune femme à l'air... tout aussi épuisé que lui d'ailleurs.

"B-bonjour ?" lança-t-il à tout hasard.

Il peinait à parler et sa voix était encore rauque, comme toujours au réveil. Il ne savait pas trop quoi dire alors autant être poli, même si c'était clairement pas son genre d'habitude. Il ne pouvait pas se permettre de... de jouer les petits cons arrogants cette fois-ci. Plus tard peut-être. Quand il aurait moins sommeil.

"Vous, euh... venez de vous réveiller aussi ? Eheh, au moins on n'est pas seuls..."

A deux, ils avaient moyen de trouver un plan de sortie. Oui, et si il s'endormait on pourrait le retrouver vivant, appeler du secours... ou, dans le cas contraire, il pourrait se vanter auprès de tout le monde d'avoir fait une bonne action en ramassant cette fille. Vu sa taille il risquait pas de la porter longtemps en mode princesse, mais appeler quelqu'un, il saurait le faire... si sa voix ne le quittait pas.

"Vous arrivez à marcher ? J'ai trouvé une salle centrale, si vous pouvez mieux vaut vous diriger par là."

Il tourna la tête, lâchant de manière presque trop détachée pour son état, comme si ça n'avait aucune importance :

"Au passage, Nikita Williams... enchanté. J'imagine qu'on va devoir pas mal coopérer si on veut s'en sortir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alpha
avatar
— Messages : 12
— Réveillé(e) le : 12/02/2016

MessageSujet: Re: J+116 - Réveil de Cleo Levasseur & Nikita Williams   Mer 17 Fév - 18:02


Wake me up before you go
AVEC NIKI (dans l'autre salle, jor loin)

La rousse resta un temps assez indéfini à regarder dans le vide, les yeux mi-clos, ses cils obscurcissant sa vision. Il n'y avait personne. Elle n'entendait personne, et si son corps se réchauffait à peine, cette combinaison la gênait toujours autant. Mais ses essais de tout à l'heure lui avaient suffi pour comprendre que non, ce n'était pas pour maintenant. Pour l'heure ses mains se rebellaient contre les commandements de son cerveau. Autant attendre qu'elles finissent leur petite crise. Son esprit dériva vers le cryopod qu'elle avait quitté tout à l'heure. La voix avait mentionné des 'effets personnels'. Elle était curieuse de savoir de quoi il s'agissait, se souvenant assez mal de ce qu'elle avait dans son sac avant de passer au congélateur. Sans doute rien d'utile cela dit.. Un temps indéfini s'écoula avant qu'elle n'entende d'autres pas dans le couloir. Son esprit fit assez tardivement le lien entre un son qui s'approchait d'elle et l'arrivée d'une personne à vrai dire, tant elle était empêtrée dans la..fatigue ? Cleo avait l'impression de n'avoir jamais fait autant d'efforts de sa vie, et pourtant ça n'avait consisté qu'à se.. traîner.. sur quelques mètres. Parce que jusqu'ici elle ne s'était même pas levée. On s'arrêta juste à côté d'elle, lançant une salutation d'une voix assez rauque, tremblante également. Il ne devait pas être en forme. La rousse redressa la tête sans se soucier des tiraillements dans sa nuque, mais distingua assez mal son visage. Dans le couloir, il était à contre-jour.

" Vous, euh... venez de vous réveiller aussi ? Eheh, au moins on n'est pas seuls... "

Un frisson plus ou moins désagréable la parcourut. Se réveiller ? Alors lui aussi ? Pourtant elle n'avait entendu personne dans la salle.. il devait venir d'ailleurs. Plusieurs possibilités sur ce qui pouvait leur être arrivé de louche fusèrent dans l'esprit de Cleo mais elle les fit taire rapidement. Non, elle ne voulait pas s'imaginer d'invasion extraterrestre et autres fantasmagories, elle avait assez peur comme ça. Au lieu de ça la jeune femme adressa un léger sourire au nouveau venu, qui dut ressembler un peu à une grimace mais au moins avait-elle tenté le coup. En guise de réponse elle hocha la tête, faisant encore moins confiance à sa voix qu'à son visage. Il disait avoir trouvé une salle centrale, chose qu'elle interpréta comme rassurante. L'endroit était organisé, il devait y avoir du monde là-bas, peut-être quelqu'un pour expliquer de quoi il en retournait. Enfin, pour ça il fallait qu'elle marche. De nouveau déterminée, elle décida de prendre appui sur le mur dans son dos pour se mettre debout. Hors de question de jouer les demoiselles en détresse et de se lamenter sur son envie de dormir plus longtemps. Geindre n'avait clairement jamais sauvé personne. Déjà qu'elle se sentait minable de persister dans un tel état de faiblesse et de fatigue.

" Je vais me lever.. j'ai trop dormi. "

Marmonna la demoiselle en poussant sur ses jambes qui se rebellèrent douloureusement mais n'étaient clairement rien face à sa volonté. Certes, tout à l'heure c'était l'inverse, mais elle n'allait pas se laisser faire plus longtemps. Alors certes elle retomba, grognant un juron en français tandis que le brun se présentait comme Nikita Williams, mais elle finit par tenir debout. C'était incertain, c'était carrément dangereux et sa vision tanguait, mais c'était fait. Elle se tenait toujours appuyée contre le mur d'un bras mais faisait désormais face à son interlocuteur. Tiens, il ne portait pas cette combinaison louche mais un truc plus chaud, d'ailleurs. Peut être les 'effets personnels' dont avait parlé la voix.. C'est en dégageant une fois de plus ses cheveux de son visage que la rousse fut saisie d'un terrible doute. Avait-elle un élastique ? Non parce que c'était bien gentil ces conneries, mais clairement, ça la gênait. Il fallait qu'elle voie ce compartiment, peut-être y avait-il son sac dedans. Enfin il faudrait re-marcher jusqu'au cryopod, et jamais distance si courte ne lui avait semblé une telle épreuve. Elle s'éclaircit la gorge avant de parler à nouveau.

" Cleo Levasseur.. enchantée aussi.. Nikita. Je.. ouais, c'est plus raisonnable. J'ai un truc à récupérer dans le cryopod, du coup.. met moi en PLS si je tombe et me fracasse le nez, ce sera gentil. "

Lui dit-elle en lui faisant un clin d'oeil, comme si elle parlait d'une gamine maladroite qui apprenait à marcher et pas.. d'elle même. Bordel c'était pénible de marcher comme une enfant à 23 ans. Faisant demi-tour, elle marcha en s'appuyant contre le mur pour ne pas tomber, essayant de repérer son cryopod dans l'obscurité. Avec la tâche de vomi à côté ce ne fut pas trop difficile à vrai dire. Restait le long espace sans mur.. Rassemblant sa détermination pour franchir ce terrible espace, Cleo fit le grand saut qui se résuma à une dizaine de pas maladroits, empressés et irréguliers avant de perdre l'équilibre et se rattraper de justesse sur sa capsule. Juste à temps. Elle était essoufflée.. elle avait mal aux jambes. Le compartiment indiqué était là, effectivement, et contenait les affaires qu'elle avait probablement sur elle avant d'entrer en sommeil forcé. Bon elle n'y voyait rien et décida d'y aller à tâtons, tirant ce qui ressemblait à un sweat-shirt épais. Ce qu'elle portait avant de se changer pour une.. combe ? Peut-être. L'essentiel était que ça lui tiendrait déjà plus chaud. Elle le passa sur ses épaules puis embarqua le reste en passant le sac par dessus son épaule et tenta, ainsi chargée, de retourner vers Nikita. Nikita dont le nom faisait assez demoiselle, dans son esprit, mais ce n'était peut-être pas le moment d'être désagréable.

C'est au prix d'une chute qu'elle retourna à la 'sécurité' du mur, s'appuyant de tout son poids contre celui-ci. Avec tous ces efforts elle avait toujours froid, chose assez désagréable. Elle qui n'était pas frileuse, c'était à se demander où cette résistance était passée. Envolée. Ses yeux passèrent rapidement du brun à l'autre côté du couloir. La lumière au bout du tunnel n'était pas particulièrement forte, pas de quoi indisposer sa vision qui avait déjà du mal à accommoder. Plutôt un bon point. Elle perdit brièvement l'équilibre mais se rattrapa sur le mur sans bousculer Nikita, par chance. Quelque-chose lui soufflait qu'ils auraient eu du mal à se relever, tous les deux, si c'était arrivé.

" Cette combi me colle c'est insupportable.. tu penses trouver où on l'ouvre ou.. on rejoint la salle avant ..? "

Demanda Cleo, n'ayant pas enfilé son sweat précisément pour cette raison. Le vêtement lui donnait l'impression de ralentir, gêner, restreindre ses mouvements, elle se voyait mal mettre quelque-chose par dessus pour ne rien arranger. Du coup elle attendit une réponse de la part de son interlocuteur pour se mettre à marcher ou dégager son cou histoire de lui faciliter la tâche.


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 25
— Feat. : Q - Skyfall
— Réveillé(e) le : 12/02/2016
— Couleur : seagreen

MessageSujet: Re: J+116 - Réveil de Cleo Levasseur & Nikita Williams   Jeu 18 Fév - 23:24

Bloody Hell
Nikita Williams & Cleo Levasseur
Elle avait trop dormi. Gros lol. Genre ils avaient pas tous dormi... euh... une durée indéterminée mais suffisante pour voir, potentiellement, tout le monde crever et la civilisation se casser la gueule avec le Saint Café et le Wifi ? Sans compter que, eh, oh, lui aussi dormait beaucoup, c'était pas "que" le tiers de sa vie qu'il passait à dormir (sans parler de tous les effets secondaires que sa putain de narcolepsie engendrait. Genre des fois, ils se réveillait et se retrouvait totalement paralysé pendant quelques secondes. Il pouvait vous garantir que ça faisait carrément flipper, surtout quand vous sortiez d'un cauchemar dans lequel un T-Rex venait vous bouffer... ce qui arriverait peut-être ici, qui sait ce qui se cachait dehors ?). Enfin bon, il avait pas les idées claires... Au lieu de débiter des conneries mentalement pour amuser la galerie, il ferait mieux de... rah, putain de migraine ! Il entendit à peine son nom avec le bourdonnement que produisait ses oreilles.

"Levasseur ? murmura-t-il avec un accent américain hideux. Et tu te balades pas en marinière avec un béret rouge et une baguette sous le bra— arg ! Désolé, migraine. Bref, je suis pas spécialiste en sauvetage cocotte, donc vaut mieux qu'on s'en sorte tous les deux."

Et en plus elle lui faisait un clin d'oeil aguicheur ? Elle avait que ça à foutre ? Déjà qu'une rousse tout juste sortie d'un frigo c'était moyennement attirant, mais en plus, dans leur situation, ce n'était pas des plus utiles. Aussi Nikita lui répondit par une moue dégoûtée qu'elle ne remarqua heureusement pas, à moins qu'elle n'ait eu la politesse de ne rien faire remarquée, délicate attention à laquelle Williams n'aurait même pas pensé à sa place. Il resta appuyé contre le mur en attendant que la demoiselle parte chercher ses affaires – lui les avait déjà, et s'était même rapidement habillé. Certes, il devait être sacrément mal sapé et ses fringues avaient pris la poussière, mais c'était déjà mieux que la combinaison. Il aurait bien voulu rire devant sa démarche peu assurée, mais lui-même chancelait plus encore qu'un vieillard bourré un soir de nouvel an, aussi il préféra se taire. Il fallait économiser son énergie de toute manière, même si... parler l'empêcherait peut-être de trop s'endormir. Finalement, d'un coup d'épaule, il se releva, manquant de tomber sur le coup à cause de ses jambes tremblantes. Il faisait toujours aussi froid...

Cleo revint assez rapidement, quoiqu'au prix d'efforts assez insurmontables si on se fiait à sa mine déconfite. Le réveil avait semblé plus dur pour elle que pour lui, même si elle semblait nettement plus solide – mais Nikita s'était peut-être réveillé un peu avant, et son état à elle semblait s'améliorer, et pas empirer comme celui du brun. Qui sait combien de temps il tiendrait encore ainsi... Ses paupières battirent frénétiquement lorsque la rouquine reprit la parole, comme si il sortait du lit. Il avait l'air d'un bel abruti endormi à cet instant, mais... la fatigue était la seule chose occupant son esprit. Dormir dormir dormir dormir dormir—

"... tu penses trouver où on l'ouvre ou... on rejoint la salle avant ?
- Euuh, la combi ? Elle s'ouvre dans le dos, attends…"

Avait-il fait d'une voix pâteuse, avant de se déplacer d'un pas ou deux pour faire face au dos de la jeune femme. D'une main, il souleva son impressionnante chevelure rouge, avant de l'ouvrir avec une mollesse peu commune, non sans se frotter les yeux de temps à autre (en oubliant bien sûr qu'il portait ses lunettes, qui se retrouvaient complètement salies par ses mains gelées. Grosse joie. Très cool). Finalement, la combinaison tomba , se désactivant au passage.

"Tu devrais t'habiller avant de geler. T'inquiète pas, je regarde pas et de tout façon je m'en fous, dans notre situation…"

T'façons il y voyait rien avec le sommeil et les lunettes sales, donc merde hein, elle allait pas se plaindre alors qu'ils essayaient juste de survivre. Une pensée macabre fit frissonner Nikita de nouveau. Est-ce que certains n'étaient jamais sortis de ces lieux étranges ? Vu les effets du cryopod, il se doutait que, peut-être, un ou deux avaient dû succomber... peut-être même que personne n'était sorti de là... non, il devait pas penser à ça. Attendant que la demoiselle soit prête, jetant de temps à autre un coup d'oeil fatigué à Cleo pour voir si ça avançait. Il tapait du pied péniblement, essayant de bouger un peu pour ne pas geler sur place, même si les tremblements rendaient ce simple geste terriblement pénible.

"On devrait y aller maintenant. Avec un peu de chance, on tombera sur quelqu'un qui pourrait nous aider…"

Toujours chancelant, le jeune homme se dirigea vers la pièce centrale. En toute logique, on éliminait déjà deux couloirs – restait à trouver le prochain, le bon, celui qui les sortirait de ce merdier monumental. Et là, il dormirait... si il ne tombait pas littéralement de sommeil avant. Surtout, ne pas longer les murs, et ne pas tomber non plus. La moindre surface, si peu accueillante puisse-t-elle sembler, pouvait constituer un bon matelas selon Narco-chou.

"J'ai sommeiiil... tu crois qu'on va trouver quoi en sortant… ?"

Avait-il fait, comme un enfant, essayant désespérément de lutter contre le sommeil, le froid ou la douleur en se changeant les idées. Ce n'était peut-être pas la conversation la plus joyeuse ou passionnante qui soit, d'autant que tous deux étaient crevés au possible, mais c'était déjà ça. Il aurait pu parler aux murs si il n'était pas seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: J+116 - Réveil de Cleo Levasseur & Nikita Williams   

Revenir en haut Aller en bas
 

J+116 - Réveil de Cleo Levasseur & Nikita Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J+126 - Réveil de Cleo Mackenzie & Isha Williams
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wooden Cove  :: Wooden Cove :: « La Voûte 5 :: 1A ─ 2C-