Partagez | .
 

 Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bêta
avatar
— Messages : 36
— Feat. : Loki de Marvell
— Réveillé(e) le : 18/04/2016

MessageSujet: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Mar 26 Avr - 14:17


Réunion de famille

Il l’avait lu. Clairement, sans aucun doute possible. Il l’avait relu plusieurs fois pour être certain. Pour qu’il n’y est aucune erreur possible. Ce genre de chose est si vite arrivé, mais là non. Les personne ayant les même nom et prénom qu’une autre sont parfaitement possible après tout, mais ça lui semblait tout de même gros. Quoi que ce fût déjà gros si jamais il se retrouvait vraiment avec lui ici. C’est aussi pour cela qu’il devait en avoir le cœur net et savoir si oui ou non c’était bien lui.

Sortant rapidement de la voute dans lequel il s’était engouffrer quelque minute avant il grimpa pour trouver les informations qu’il cherchait. Il demanda à deux trois personnes et eux de la chance car ses derniers savaient qui il cherchait, comme quoi parfois les choses sont bien faites. En suivant les indications donné il alla directement vers une sorte d’atelier semblerait-il construit avec les matériaux du coin il y a pas si longtemps que cela. Du neuf par rapport aux ruines autour.

Sans même se poser plus de question il entra à l’intérieur sans aucune gêne et regarda la personne dedans. La forme du visage ressemblait, l’air de famille était là, il y avait même semblerait-il le métier qui allait avec au vus de ce qui était autour. Il y avait donc assez peu de risque qu’il se plainte pour ce coup là il fallait dire. Il tapota du poing sur le mur à sa droite comme pour en tester sa solidité et de façon assez détaché voulu voir si son cousin se souviendrais de lui juste à sa façon de parler ou si c’était beaucoup trop loin pour lui. Tout ceci n’était qu’n jeux pour Dorian de toute façon.

« Tu es parvenus à construire ça ? Au final tu n’as fait que suivre les marche de ton père, rien de plus, rien de moins. Tellement original. »

Il se tourna vers Liam et lui fit un immense sourire assez heureux de pouvoir faire son simili spectacle là tout de suite.

« Bonjour Liam, ça faisait très longtemps que l’on ne c’était pas vus. Je suis tellement heureuse de te revoir, je crois que tu ne t’en rendras même pas compte à quel point. »

En un certain sens c’était vrai, mais aussi tellement ironique. Même sa voix était pleine de tous les faux semblants de cette simple phrase. Que cette retrouvaille lui semblait douce et amusant sans que rien ne soit vraiment fait pour le moment.
(c) Jules pour WC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 239
— Feat. : Akaashi Keiji
— Réveillé(e) le : 01/02/2016
— Couleur : #012358

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Mar 26 Avr - 21:25


“ JOUR 186 ”
LA FAMILLE C'EST SACRE

feat. Dorian





Assis en tailleur sur la table assez grande que tu avais construite en quelques jours, tes doigts glissent lentement sur les cordes de la guitare sans en jouer. Tu as peur que ta main gauche fasse des siennes et que tu ne puisses pas jouer avec autant de facilité qu'avant, que tu ne sois pas aussi bon qu'avant. Tu n'avais que ça pour te rattacher à une réalité un temps soit peu normal.

Tes doigts se positionnent, ta main ne tremble pas, tu prends une inspiration et tu commences. Tu prends le temps, avant de commencer à chantonner, seul, libéré des chaînes de l'extérieur le temps d'un instant. Tu ne chantes pas longtemps, et tu ne joues pas longtemps. La lumière, soudain plus vive et la porte qui s'ouvre te fait arrêter tout d'un coup, comme un gosse piqué sur le vif.

Ta tête se redresse et, toujours la guitare sur tes genoux, tu observes l'homme entrer dans ton atelier sans gêne, sans hésitation. Tu ne te souviens pas l'avoir vu, tu fronces les sourcils, prépares une réplique acerbe sur l'intimité des gens mais ta bouche se referme lorsque qu'il prend la parole, cynique, acerbe, méchant, à la façon d'un jeu presque trop bien révisé :

Tu es parvenus à construire ça ? Au final tu n’as fait que suivre les marche de ton père, rien de plus, rien de moins. Tellement original.

La simple évocation de ton père te fait serrer les cordes trop fort et tu déposes la guitare peut être un peu trop violemment sur la table à côté de toi. Comment est-ce qu'il sait tout ça de toi ? Rien ne te revient en mémoire et, sur le coup, tu flippes d'avoir oublié une partie de ta vie sans même t'en être rendu compte.

Qui était-il ? Comment aurait-il pu savoir quoique ce soit sur toi ?

Bonjour Liam, ça faisait très longtemps que l’on ne c’était pas vus. Je suis tellement heureuse de te revoir, je crois que tu ne t’en rendras même pas compte à quel point.

La voix est comme celle des sirènes : douce et mauvaise. Tu serres les dents, lâches un léger rire presque jaune quand des images de quelques réunions de famille te reviennent en mémoire et tu te dis qu'une balade à poils dans la jungle avec n'importe quelles bestioles pour te bouffer aurait été plus agréable que cette réunion de famille fortuite.

A combien de temps remontait votre dernière rencontre ? Sans compter le nombre de temps que vous aviez passé dans le cimetière des vivants, évidemment. Tu n'en avais même pas la moindre idée. Mais tu te souvenais de lui, la dernière fois que tu l'avais vu devait remonter à trois quatre ans avant... tout ça. Peut être cinq ou six ? Tu étais encore gosse, ça c'était sûr. Peut être pas assez gosse pour qu'ils doivent te coller aux basques pour faire plaisir aux adultes de la famille.

Tu ne veux pas te souvenir de ça.

Qu'est-ce que tu fous ici ?

Qu'est-ce qu'il foutait là ? Vous n'aviez jamais eu de relations à proprement parlé, tu ne le savais même pas encore en vie. Il n'est un cousin que par votre sang et ce n'est pas quelque chose qui te forcera à bien t'entendre avec lui, bien au contraire.

Tu te tais sur le fait que tu n'avais pas eu le choix, que tu avais du suivre cette formation parce que ton paternel t'avait forcé à la faire, il t'avait foutu dans cet internat et ensuite... ensuite tu n'avais pas eu le courage de partir sur les routes comme c'était prévu depuis tes quatorze ans, main droite sur le volant et main gauche prise par la cigarette, les cadavres de bouteilles dans le coffre de la voiture.

Ca aurait été la belle vie, ça.

Vraiment.

_________________


go take your new cloak and go live out your life
be happy, and healthy, and when you are ready
you can take off your cloak and join me


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 36
— Feat. : Loki de Marvell
— Réveillé(e) le : 18/04/2016

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Ven 29 Avr - 20:45


Réunion de famille

C’était presque hilarant la réaction qu’avait eu Liam. Il lui aurait vomi directement dessus il n’était même pas certain d’avoir eu une réaction aussi dégoutté à sa simple vue. D’ailleurs peut-être que le vomi de certaine marmotte dans la voûte avait eu un meilleur accueil que lui là tout de suite. Il se permit même de rire à la simple demande de son cher cousin. Il savait que la famille n’était pas toujours quelque chose d’aisé, mais même lui l’asocial du coin avait été plus cordial que lui.

« Tu te rends compte que tu me piquerais presque mes mots là ? Dans un monde rose et en confettis c’est toi le gentil et moi la méchante. »

Il s’avance doucement vers le certainement dernier membre de sa famille encore en vie dans ce monde et se stop à une longueur de bras de lui. Il n’avait beau pas connaitre vraiment Liam aussi bien que certaine famille pouvait se venter il savait quand même que le gamin qu’il avait été dans les réunions de famille n’avais pas pu devenir un simulacre de ce qu’il était en si peu d’année. Non, lui avait travaillé son rôle plus longtemps pour le perfectionner à ce point.

« Tu devrais être celui qui rampe pour avoir un peu de contact et moi qui ne daigne même pas t’accorder plus que du rejet. Il faut croire que le monde n’est pas rose et confetti, tant mieux je n’ai jamais aimé la couleur. »


Il aime s’entendre parler, se donner en spectacle, offrir son parler au monde. Puis merde, il ne sait juste pas comment faire, comment on fait avec un membre de sa famille qu’on n’a pas vus depuis des plombes et qu’on retrouve alors que tout ce qui reste est mort et certainement six pied sous terre. La mort ne lui a jamais fait peur, il vit avec tous les jours, mais savoir quelqu’un comme Liam vivant ce n’est pas pareil, c’est comme un bon d’espoir. Il sait pas comment se montrer agréable avec lui, ni comment faire un pas en avant avec lui, alors à la place il reste juste lui-même en attendant à n’avoir aucun effort à faire.

« Sinon, je suppose que je suis là pour exactement les même raisons que toi. Car la vie est une pute. »

Il lui offre un semblant de grand sourire sans même s’inquiéter des réactions de son cousin, comme s’il était normal qu’il soit ainsi avec lui. Ses yeux se posent sur la guitare sur la table.

« Oh ? Tu fais même de la musique ? »

Ça faisait partie par exemple des choses qu’il ne connaissait pas de lui. En fait qu’est-ce qu’ils connaissaient l’un de l’autre ? Pas assez et trop à la fois. Un mélange malsain pour eux deux.
(c) Jules pour WC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 239
— Feat. : Akaashi Keiji
— Réveillé(e) le : 01/02/2016
— Couleur : #012358

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Sam 30 Avr - 13:29


“ JOUR 186 ”
LA FAMILLE C'EST SACRE

feat. Dorian





Tu te rends compte que tu me piquerais presque mes mots là ? Dans un monde rose et en confettis c’est toi le gentil et moi la méchante.

Il ne te connaît pas, il n'a pas le droit de dire que tu étais gentil. Sa façon de parler t'horripiles et te fait vraiment serrer les dents. Il s'approche de toi, il est trop proche de toi, mais tu te retiens d'avoir un mouvement de recul, tu restes en tailleur sur la table, le jaugeant, le regardant comme s'il n'était rien et tes pupilles auraient presque pu le tuer sur place.

Presque.

Tu devrais être celui qui rampe pour avoir un peu de contact et moi qui ne daigne même pas t’accorder plus que du rejet. Il faut croire que le monde n’est pas rose et confetti, tant mieux je n’ai jamais aimé la couleur.
Je ne rampe pour personne.

Ta voix est froide, glaciale.

Non. Tu ne rampes pour personne. Tu n'as jamais rampé pour personne et ce n'est pas aujourd'hui que tu vas commencer. Et surtout pas pour lui, membre de ta famille dont tu n'as eu aucune nouvelle et à qui tu n'as jamais donné de nouvelle. Il n'est personne, il ne le sera jamais.

Sinon, je suppose que je suis là pour exactement les même raisons que toi. Car la vie est une pute. Oh ? Tu fais même de la musique ?

Un sourire, puis un regard lancé sur la table. Tu as envie de lui dire de dégager. Il est trop proche. Trop proche de toi, trop proche de tout. Il faut qu'il recule sinon tu vas suffoquer, il te fait suffoquer.

Mais c'est toi qui faiblit et c'est toi qui te recule de lui, mettant de la distance entre vous, te reculant assez pour qu'il ne puisse plus s'approcher, toi toujours assis en tailleur sur la table. Tu ne veux pas qu'il soit proche de toi. Il est un trop plein de souvenirs, il est pire que Jason, pour ça. Il ne te rappelle pas les bons moments, non, il te rappelle les mauvais, ceux que tu veux oublier plus que tout.

Tu as appris à aimer cette vie.

Elle te terrifie, c'est vrai. Elle fait vachement plus peur que la première, mais tu as appris à aimer son train-train quotidien. Tu as appris à aimer la construction des pièces uniques pour que chacun ait son chez soi. Tu as appris à aimer la chaleur étouffante et les pluies torrentielles. Tu as appris à aimer tes entraînements au tir à l'arc pour que ta main ne fasse plus des siennes avec cette rééducation que tu fais seul. Tu as appris à aimer les gens qu'il y avait ici. Tu as appris à aimer l'eau chaude et la grande cafétéria.

Tu as appris à aimer cette vie. Tu aurais encore pu rester dans le déni, la détester plus que tout, mais tu as appris à aimer cette vie, vraiment.

Et te rappeler de l'ancienne ne te fait que te souvenir à quel point tu n'en profitais pas. Et il n'a pas le droit de te rappeler ça, il n'a pas le droit de te rappeler les mauvais moments, les mauvaises périodes, tes mauvais choix.

Qu'est-ce que tu fous ici ? Ici, dans l'atelier, à venir me voir comme si on se connaissait.

Tu es sur la défensive alors que tu devrais peut être ne pas l'être. Tu devrais peut être profiter de cette nouvelle chance, de ce membre de ta famille. Parce que tu as eu une nouvelle chance. Une nouvelle vie.

Et qu'il faudrait peut être que tu la saisisses.

_________________


go take your new cloak and go live out your life
be happy, and healthy, and when you are ready
you can take off your cloak and join me


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 36
— Feat. : Loki de Marvell
— Réveillé(e) le : 18/04/2016

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Dim 1 Mai - 15:38


Réunion de famille

“ Je ne rampe pour personne. ”

Il eut un petit rire face à cette remarque. Bien entendu qu’il ne rampant devant personne. C’était même frustrant quelque part, mais ça rendant Dorian fier en un sens de savoir que le mordant de son cousin était là et qu’importe ce qu’il avait pu arriver il était droit. Il se redressa un peu plus, arquant légèrement son dos pour l’observer de toute sa hauteur comme il ne l’avait pas vraiment fait depuis qu’il était là.

En trois ou quatre ans de séparation il avait bien plus changé qu’entre chacune des réunions de famille où il avait pu le voir. Ce monde ainsi même que la façon dont l’avait formé avant la catastrophe avait effacé l’enfant câlin suçotant son pouce ou bien le petit en début de crise d’adolescence. Dire qu’enfant il avait fait une crise monumentale une fois à sa mère car il voulait un frère exactement comme cela. Elle avait dit que ce n’était pas possible et du coup Dorian avait simplement rejeté l’enfant comme quelque chose d’impossible à avoir. Le voulant et le détestant en même temps. Un enfant, puis un ado qui avait ensuite pas du tout les même attente que lui et qui avait ses propres problème de son côté.

“ Qu'est-ce que tu fous ici ? Ici, dans l'atelier, à venir me voir comme si on se connaissait.

Dorian accuse un pas de recule théâtrale, comme si la réflexion le touchait aussi durement qu’un balle en pleine poitrine. Le dos légèrement voûté et une grimace sur le visage.

« Là c’est encore plus certain que tu ne rampe devant personne. »

Il se redresse légèrement et arrête sa pose ridicule d’homme blesser et lui souris doucement.

« Je sais qu’on ne se connais pas vraiment, après tout on ne s’est vus que en réunion familial barbante à des intervalles long à chaque fois pour se connaitre. »

Il s’approche doucement de la guitare sur la table toujours intéressé par l’instrument.

« Je suis même certain que la majorité des gens d’ici te connaisse mieux que moi et c’est assez horrible pour moi de leur accorder ce point-là. »

Sérieusement, sa fierté en prend un coup, mais c’est aussi une réalité dont il a conscience. Il regarde ensuite Liam dans les yeux avec un grand sourire en lui tendant la main.

« Il fut un temps où j’aurais voulu t’avoir en frère, mais ce n’était pas possible. Aujourd’hui, laisse-moi reprendre sur de nouvelle base avec toi. »

Lui qui est pourtant si réticent au contact physique de base espère vraiment que Liam acceptera sa main tendu. Lui qui ne demande jamais rien est à deux doigt de même ajouter un s’il te plait à la fin de sa phrase. Liam est tout ce qu’il lui reste de famille et même si il y a eu des hauts et des bas c’est tout de même important pour lui. Beaucoup trop pour ne pas faire des efforts pour une fois, seulement pour cette fois-là. Juste Liam et rien d’autre.
(c) Jules pour WC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 239
— Feat. : Akaashi Keiji
— Réveillé(e) le : 01/02/2016
— Couleur : #012358

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Dim 1 Mai - 18:41


“ JOUR 186 ”
LA FAMILLE C'EST SACRE

feat. Dorian





Sa théâtralité te fait serrer les dents, sa mise en scène comme si tout n'était qu'un jeu, qu'une grande scène, qu'une pièce de théâtre dont il est l'acteur principal... tout ça, ça te fait serrer les dents. Tu te retiens de lui jeter une remarque acide.

Je sais qu’on ne se connais pas vraiment, après tout on ne s’est vus que en réunion familial barbante à des intervalles long à chaque fois pour se connaitre.
Ah bon ? Tu crois ?

Le taux d'acidité dans ton sarcasme va faire fondre la table sur laquelle tu es assis, à force. C'est méchant. Non pas méchant, mais tu prends un malin plaisir à le repousser de toutes tes forces, plus que tout, comme s'il pouvait te blesser par sa simple présence et tu sais, tu sais qu'il n'en est pas capable, qu'il ne le fera pas. Tu te souviens d'un adolescent, d'un adulte un peu mature, qui ne ferait du mal à une mouche seulement si sa propre vie était menacée, et encore. Mais ce n'est qu'un vague souvenir.

Il fait parti de cette famille qui t'a abandonné et que tu n'as pas voulu recontacter. Il fait parti de tout ce que tu veux oublier. Il s'approche de nouveau, mais toi, tu ne peux plus reculer, à moins de descendre de la table et de la mettre en vous, comme une protection. Mais ça viendrait à avouer que tu le vois comme une menace et il n'est pas une menace.

Pas encore, du moins.

Je suis même certain que la majorité des gens d’ici te connaisse mieux que moi et c’est assez horrible pour moi de leur accorder ce point-là.

La majorité, peut être pas. Tu ne créais pas des liens facilement, quoiqu'il puisse en dire. Il te regarde, droit dans les yeux, et pendant un instant, pendant un court, très court instant, tu as envie de laisser tomber les barrières, de pardonner à cet homme tout ce qu'il n'a pas fait et que tu aurais voulu qu'il fasse. Quelles pensées puériles et égoïstes. Il te tend la main et tu la fixes sans savoir quoi faire, partagé entre l'idée de le repousser et de te réconcilier avec ton passé.

Il fut un temps où j’aurais voulu t’avoir en frère, mais ce n’était pas possible. Aujourd’hui, laisse-moi reprendre sur de nouvelle base avec toi.

Tu regardes sa main comme si elle était porteuse de nouvelles. Tu ne sais juste pas encore si elles sont bonnes ou mauvaises.

J'ai plus dix ans.

Je ne suis plus un gosse, un gamin qui voyait le monde avec des yeux d'enfants. Je ne suis plus un gosse qui pense à ses rêves comme s'ils pouvaient se réaliser.

Et je suis loin d'être la même personne que la dernière fois qu'on s'est vu.

Autant mettre les choses au clair directement.

Sa main est toujours tendue et tu déglutis avant de la serrer sans vraiment savoir pourquoi tu le fais.

_________________


go take your new cloak and go live out your life
be happy, and healthy, and when you are ready
you can take off your cloak and join me


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 36
— Feat. : Loki de Marvell
— Réveillé(e) le : 18/04/2016

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Lun 2 Mai - 8:05


Réunion de famille

Bien entendu qu’il n’a plus dix ans. Quand il avait dix ans c’était beaucoup trop tôt pour eux, ça n’aurais jamais marché. Pas que c’est plus de chance maintenant, c’est juste qu’aux dix ans de Liam il ne lui aurait jamais tendu la main, il n’aurait jamais cherché comme cela sa présence. A ce moment-là ce n’était pas la fin du monde, il n’était pas sa dernière famille ou le peu de connaissance qu’il avait de sa vie d’avant. Il n’était pas un point de repère à ce moment, juste un enfant qu’il n’avait pas eu le droit d’avoir comme frère.

La phrase le laisse tendu. S’il était honnête avec lui-même il aurait presque la nausée d’être rejeter alors qu’il fait des efforts. Qu’on lui claque la porte au nez alors que pour une fois il s’est déplacé et qu’il fait un pas vers l’autre. Il ne sait même pas comment il réagirais si jamais ça arrive, peut-être en cherchant comme un idiot à détruire tout l’entourage de son cousin doucement avec ses mots, même s’il sait que c’est impossible et surtout des plus stupide. Quand il n’a pas ce qu’il désire il n’a jamais été des plus réfléchit. Après tout il a toujours été un enfant gâté et capricieux.

La pression retombe d’un seul coup quand la main de Liam entre enfin en contact avec la sienne. Il se sent serein d’un seul coup. Il n’est pas tout seul dans cette merde. Il faudra encore faire des efforts, mais tout ira bien. Il va pouvoir être un connard comme toujours, être lui sans regard en arrière. Il pourra dire ce qu’il pense sans peur. Même si Liam n’avais pas pris sa main il l’aurait fait, mais ça sera plus simple d’être celui qu’il a toujours été avec ce repère stable. Aussi stable que puisse être leur relation.

« Merci. »

Il serre les doigts contre les siens quelque secondes pour rendre cet échange plus vivant pour lui. Il prend une forte inspiration et un franc sourire se dessine sur ses lèvres.

« J’espère bien que tu n’as plus dix ans. Tu étais un enfant adorable, mais tu aurais été incapable de survivre ici. Quant à la personne que j’ai rencontré la dernière fois avec ton corps était un gamin brisé avec ses rêves et envies. Lui non plus ne pourra pas vivre ici bien longtemps. »

C’est un simple constat, comme il adore en faire. Prendre des gants dans ses mots ce ne fut jamais pour lui. De toute façon le simple fait que Liam soit encore en vie maintenant est une preuve en elle-même qu’il a changé pour lui. Même en tant d’année sans ce voir s’il n’avait pas changé ça aurait été terrifiant pour lui. Tout le monde évolue, personne ne reste toute sa vie la même personne. Il lâche doucement la main de son cousin et s’appuie doucement contre un des murs de l’atelier.

« Tu l’as fabriqué ou trouvé ta guitare ? »

Ce moment émotion lui a suffi personnellement et puis continuer à ressasser le passer ne le changera en rien. Alors il préfère partir sur un sujet plus simple à gérer pour la suite.
(c) Jules pour WC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 239
— Feat. : Akaashi Keiji
— Réveillé(e) le : 01/02/2016
— Couleur : #012358

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Lun 2 Mai - 10:25


“ JOUR 186 ”
LA FAMILLE C'EST SACRE

feat. Dorian





Merci.

Et sur le coup, alors que ses doigts serrent les tiens, tu regrettes. Tu regrettes parce que tu sais que ça aurait été plus simple de le repousser, que ça aurait été plus simple de ne pas le voir, de ne pas lui parler, de l'éviter comme certaines personnes pouvaient s'éviter dans le camp. Tu sais que ça aurait été mieux, pour lui comme pour toi, car il est tout ce dont tu ne veux pas te souvenir, surtout pas. Tu as soudain une boule au fond de la gorge que tu n'arrives pas à te faire passer, tu la racles, détournes le regard avant qu'il ne prenne la parole.

Et ses simples mots te donnent envie de te jeter à sa gorge.

J’espère bien que tu n’as plus dix ans. Tu étais un enfant adorable, mais tu aurais été incapable de survivre ici. Quant à la personne que j’ai rencontré la dernière fois avec ton corps était un gamin brisé avec ses rêves et envies. Lui non plus ne pourra pas vivre ici bien longtemps.

Il n'en sait rien, il ne peut pas savoir si tu aurais survécu ou non. Peut être même que tu aurais eu une envie encore plus puissante de vivre, peut être même que tu aurais évolué en mieux. Il ne peut pas savoir, et tu ne peux pas non plus, c'est vrai.

Il se recule de toi et tu peux enfin respirer correctement, sans cette boule au fond de la gorge et sans ce nœud à l'estomac. C'était une mauvaise idée. Faire comme si vous vous connaissiez, faire comme si vous vous entendiez, faire comme si tout allait bien. Une vieille série te revient à l'esprit et tu t'empêches de rigoler dans ta barbe de quelques jours. The Real... quelque chose. Un nom bien irlandais. O'Neil ? O'Neals, voilà. The Real O'Neals, cette vieille série qui parlait d'une famille irlandaise catholique jusqu'au bout des ongles et parfaite. C'est ce à quoi voulait revenir Dorian, d'une certaine manière, et tous ces simulacres ne te donnaient qu'une seule envie : celle de vomir.

Tu l’as fabriqué ou trouvé ta guitare ?
Trouvée et je l'ai rafistolée. Dans l'école. Enfin, ce qu'il en reste.

Et lors de tes premiers jours ici, trouver cette guitare avait été comme une libération, un point d'ancrage, une bouée de sauvetage au milieu de cette tempête sans fin dont tu ne pouvais pas encore voir la fin, à ce moment là. Mais maintenant, tu voyais le soleil, et ça te donnait un peu d'espoir.

Depuis combien de temps...

Tu te stoppes dans tes mots, passes une main dans tes cheveux maintenant trop long et laisses échapper un soupir. Tu ne savais pas laquelle choisir : depuis combien de temps es-tu réveillé, depuis combien de temps tu sais que je suis ici, depuis combien de temps tu me cherches.

Autant faire ça dans l'ordre.

Depuis combien de temps t'es réveillé ?

Oui, ça semblait être un sujet de conversation plus ou moins convenable.



HRP : keur sur toi, lovelove

_________________


go take your new cloak and go live out your life
be happy, and healthy, and when you are ready
you can take off your cloak and join me


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 36
— Feat. : Loki de Marvell
— Réveillé(e) le : 18/04/2016

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Lun 2 Mai - 16:34


Réunion de famille

Il faudra qu’il fasse un tour dans l’ancienne école pour voir ce qui était encore trouvable ou non, même s’il se doutait que pour le coup beaucoup de chose avait déjà dû être prise depuis le temps. Peut-être qu’il y avait encore des lieux dans cette ville qui n’avait pas été vraiment fouillé par soucis de survie à la base, puis par non organisation par la suite. Ça serait des choses à voir. Plus tard pas tout de suite, c’était certain.

Il est beaucoup plus serein, comme si le simple accord de Liam suffisait pour que tout roule comme sur des roulettes. Pour les relations humaines, il était parfois un peu trop naïf diront certain. Dorian n’aime juste pas se prendre la tête avec, même quand c’est important, surtout quand c’est important. Il fixe les yeux assez surpris le visage de Liam en écoutant sa question. Instinctivement il répond ce qui lui passe tout de suite en tête sans comprendre ce qui est demandé de base.

« Hier soir, je ne dors pas vraiment depuis que je suis sortie de mon cryopob. »

Le concept de réveil pour le fait de sortir de la voute lui est étranger. Il sait que l’on s’occupe des réveils des autres, qu’on les nomme marmotte, mais de là appeler le fait de sortir de cette hibernation se réveillé ça le dépasse un peu. Lui il nomme ça tout simplement la fin de l’hibernation, ni plus, ni moins. Puis il soupire en commençant à comprendre ce que Liam cherchait à savoir et se passant délicatement sa main sur le visage visiblement fatigué d’être encore perdu dans ce monde actuellement.

« Ah … Tu voulais peut-être parler de la fin de l’hibernation … oui … ça fait cinq jours. »

Il secoue un peu la tête avec un sourire un peu désabusé.

« Tu en es sortie quand toi ? »


Histoire qu’il est une base de combien de retard il allait devoir bosser en plus pour le rattraper. Qu’importe s’il veut repartir sur de nouvelle base, l’esprit de compétition du thanatopracteur est bel et bien présent. Même en cas de fin du monde. Il veut en connaitre plus que son cousin pour lui être utile, indispensable, juste un soutient aussi, quelque chose qui fasse référence. Il s’en fout ça lui fera toujours un objectif à avoir en fait. N’importe si ce n’est pas important car ce qui importe. Ça sera toujours quelque chose qui pourra l’épuiser un peu pour trouver le sommeil peut-être.
(c) Jules pour WC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 239
— Feat. : Akaashi Keiji
— Réveillé(e) le : 01/02/2016
— Couleur : #012358

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Mar 3 Mai - 14:27


“ JOUR 186 ”
LA FAMILLE C'EST SACRE

feat. Dorian





Hier soir, je ne dors pas vraiment depuis que je suis sortie de mon cryopob.

Tu avais mal formulé la question. Tu te mords la lèvre inférieure, passes une main un peu moite sur ta nuque et tu détournes le regard. Tu entends son soupir et tu déglutis.

Ah … Tu voulais peut-être parler de la fin de l’hibernation … oui … ça fait cinq jours.

Oui, c'était aussi une bonne façon de nommer ce long sommeil. Sauf que vous n'aviez pas fais ça à cause de l'hiver, mais à cause d'une guerre nucléaire. Et parce que des scientifiques pensaient que vous pouviez survivre. Vous aviez eu de la chance de ne pas vous réveiller lorsque les radiations étaient encore assez forte pour vous tuer en moins de temps qu'il n'aurait fallu pour le dire. En plus, vos morts auraient sûrement été longue, horrible et douloureuse.

Tu en es sortie quand toi ?

Tu ne t'attendais pas à la question. C'est pourtant logique, en soit. Il allait forcément vouloir savoir. Savoir depuis combien de temps tu étais ici, savoir ce que tu avais fais ou pas, savoir tout ce qu'il fallait savoir. Un soupir t'échappe et tu te racles la gorge avant de t'asseoir sur le bord de la table, laissant tes jambes pendre dans le vide.

Quatre vingt un jours.

C'est bizarre, de continuer à tenir le compte. Comme si ça pouvait changer quelque chose, comme si ça vous menez à une vie quelconque ou quoique ce soit du genre. Est-ce que vous alliez fêter vos anniversaires de réveils ? Comme une sorte de rite de passage ? Vouloir absolument compter les jours, savoir à quel vitesse le temps passe... en soit, c'était assez hypocrite, vous qui ne saviez pas en quelle année vous étiez. Est-ce que vous allez mettre en place une nouvelle ère ? Comme si, là, on était en l'an un ?

Arrête de réfléchir.

Tu ne veux pas penser à tout ça. Non pas que tu sois dans le déni ou quelque chose du genre, mais plus le temps passait, plus vous preniez vos marques et vous vous sentez de moins en moins en danger, avec le camp, les pièges, le train-train quotidien.

Tu attendais la claque venir, celle qui allait vous détruire. Plus que lorsque les portes de la Voûte se sont ouvertes.

Tu t'y fais ?

D'abord lui demander comment il se sent lui, avant de lui demander pourquoi il voulait absolument te voir toi.



HRP : amour

_________________


go take your new cloak and go live out your life
be happy, and healthy, and when you are ready
you can take off your cloak and join me


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 36
— Feat. : Loki de Marvell
— Réveillé(e) le : 18/04/2016

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Lun 9 Mai - 14:55


Réunion de famille

Presque trois mois. Cela faisait presque trois putain de mois que Liam était sorti de son caisson pour survivre ici. Autant de temps à apprendre à rester debout. Autant de temps pour se construire. Se faire une place. Vivre tout bêtement. Etrangement ses trois mois-là d’absence semblait plus important que toutes ses année sans nouvelles l’un de l’autre dans le simulacre de relation qu’avait pu être leur relation familial. Ça avait un arrière-gout acide dans sa bouche, comme si d’un coup il n’était plus le plus âgé dans cette relation, comme si la naissance se faisait à partir de la sortie de ses boites de froids, plus tôt que sur l’âge physique.

Il effleura du regard la guitare de Liam se demandant s’il ne devrait pas prendre le temps de voir l’état de son violon aussi pour bien faire. Il leva les yeux vers son cousin assez septique de comment prendre sa question. C’était une vraie question ? Quelque chose dont il attendait vraiment une réponse ? Il en aurait presque rit si ça ne risquait pas de fragiliser les bout déjà fragile de leur début de relation nouvelle baser sur de la merde. Par contre il ne se priva pas d’un franc sourire ironique.

« Bien entendu que je m’y fait. En cinq jours je suis capable de dormir comme un bébé tellement que j’en ai des insomnies, oublier que presque tout ce que je connais à deux exception sont visiblement mort, me sentir satisfait des repas maigres dont on a le droit et ne plus avoir aucun repère est superbe à vivre. »

Il avait énuméré cela dans un calme olympien, comme si cela coulais forcément de source, comme une évidence tout fait. Il leva les yeux au ciel avait de perdre son sourire et reprendre plus sérieusement cette fois-ci.

« Non, je m’y fait pas pour le moment. Je m’y ferais peut-être jamais, mais je vais rester droit et vivre avec parce que se lamenter sur le passer ne changera rien. »

C’était une base que son métier lui avait appris assez rapidement et qui pour le coup l’aidait beaucoup à ne pas paniqué complétement face à la situation. Même si la vie dans le camp était calme ça ne changeait rien au fait qu’ils étaient tous des survivant de ce qui avait semblé être la fin du monde. Dorian préférait amplement rester pragmatiste face à tout ce qui était arrivé que faire comme si tout allait bien. Il soupira un peu se mordant la langue pour ne pas cracher son venin à la gueule de Liam pour se sentir mieux et plus tout seul à gérer son deuil là tout de suite.

« Tu as eu le temps de t’y faire ? »

Il avait l’impression de faire un simple échange de politesse depuis qu’il avait serré la main du dernier membre de sa famille en vie et cette normalité dans leur propos, qu’importe que ça parle de comment il vivait la fin du monde, lui faisait du bien.
(c) Jules pour WC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 239
— Feat. : Akaashi Keiji
— Réveillé(e) le : 01/02/2016
— Couleur : #012358

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Mer 11 Mai - 19:13


“ JOUR 186 ”
LA FAMILLE C'EST SACRE

feat. Dorian





Tu t'y fais ?

C'est comme si tu avais déclenché la tempête, dansé pour le tonnerre en demandant les catastrophes naturelles.

Tu t'y fais ?

C'était la demande la plus idiote que tu as faites, et encore plus à Dorian, lui si cynique et si... tu ne trouves pas les mots pour le décrire. Tu avais un bon souvenir de lui, pourtant, mais il te rappelle trop ton père pour que tu le considères comme un bon membre de ta famille. Même si tu les considérais tous comme des pourris jusqu'à la moelle, en fin de compte.

Bien entendu que je m’y fait. En cinq jours je suis capable de dormir comme un bébé tellement que j’en ai des insomnies, oublier que presque tout ce que je connais à deux exception sont visiblement mort, me sentir satisfait des repas maigres dont on a le droit et ne plus avoir aucun repère est superbe à vivre. Non, je m’y fait pas pour le moment. Je m’y ferais peut-être jamais, mais je vais rester droit et vivre avec parce que se lamenter sur le passé ne changera rien.

Tu te retiens de lui hurler dessus et de le secouer. Comme si lui n'avait pas le droit d'aller mal, comme si lui, il était obligé de s'y faire, parce qu'il n'était pas question que lui ne s'y fasse pas alors que toi tu t'y étais fais. Avec malheureusement, une sorte de facilité déconcertante, une sorte de fatalisme écœurant et à vomir. Parce que toi, tu n'avais pas d'attache, mais lui, il en avait. Il avait ses parents, peut être même une copine, des amis... mais toi, tu avais eu personne, tu n'avais plus eu personne.

Et il se permettait de revenir.

Crache lui tes paroles comme tu cracherais ton venin, Liam. Il ne mérite que ça, lui qui vient parader devant toi, lui qui avait une si parfaite petite famille. Lui que tu détestes plus que tout.

Tu as eu le temps de t’y faire ?
J'ai pas eu le choix.

Tu craches cette phrase avec autant d'acidité que tu le peux. Non, tu n'avais pas eu le choix. Toi tu n'avais eu personne à qui te rattacher, devant qui être faible, devant qui tu aurais pu craquer. Toi tu n'avais eu personne pour parader de ton ancienne famille qui te manquait parce qu'elle ne te manquait pas. C'était ça, qui était horrible. Elle ne te manquait pas, tu n'y avais pas pensé une seule seconde avant l'arrivée de Dorian. Pour toi, ils étaient morts depuis longtemps, tous autant qu'ils étaient.

Et tu l'as pas non plus. Personne ne l'a. Tu t'y fais ou tu crèves, c'est tout.

Tu apprends à ton corps à vivre comme il faut qu'il vive désormais. Tu te mets au sport, tu vas chasser, tu proposes ton aide pour toutes les corvées, tu survis, tu vis pour les plus chanceux. Mais personne n'avait le choix.

Tu quittes enfin cette table. Tu as besoin de bouger, d'un coup. Tu es en colère, sa présence te met en colère, t'énerve. Tu abandonnes la table, mettant tes deux pieds sur le sol en bois, les planches grincent légèrement, comme un vieux parquet et tu te forces au calme. Tu ne fais pas ça pour toi, tu fais ça pour lui. Et tu te trouves pathétique de vivre pour les autres, de t'empêcher de faire des choses pour les autres.

Vous n'étiez qu'une petite cinquantaine, peut être plus ? Sûrement même. Vous n'aviez pas le temps pour les disputes familiales, vous n'aviez pas le temps pour l'hypocrisie à deux balles. Il faut que tu prennes sur toi, que tu essaies au moins. Au moins ça.

Tu passes une main dans tes cheveux trop long maintenant, tu frottes ensuite ta nuque et tu respires avant de reculer pour te caler contre la table, les bras croisés, en face de lui.



HRP : amour sur toi ♥

_________________


go take your new cloak and go live out your life
be happy, and healthy, and when you are ready
you can take off your cloak and join me


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bêta
avatar
— Messages : 36
— Feat. : Loki de Marvell
— Réveillé(e) le : 18/04/2016

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Lun 16 Mai - 6:37


Réunion de famille

La réponse à fuser presque immédiatement et la verve avec laquelle c’était dit lui aurait presque fait froncer les sourcils si les surprise depuis qu’il était sortie de la voûte ne c’était pas répété encore et encore. A croire que ce monde était fait pour uniquement cela au final. Il le fixe sans rien dire et le laisse s’énerver contre il ne savait quoi. Parce que simplement là il ne voit pas vraiment contre quoi il s’énerve en fait.

Oui ils n’ont pas le choix, ça il le sait, c’est aussi pour cela qu’au final il continuera d’avancer, mais la réaction de Liam lui semble exagérée tout de même. Ce n’est pas parce qu’il n’y a aucun retour en arrière possible qu’il faut obligatoirement accepter immédiatement la situation, tout le monde se doit de passer par une période de deuil pour que la suite des événements soit ensuite mieux géré. Cela peut prendre différentes formes, mais c’est une réalité qu’il faut garder à l’esprit tout de même.

De plus le choix est quelque chose de très subjectif car pour l’acceptation d’une situation on a toujours le choix. Il y a bien cette brunette avec une case en moins qui lui a fait un discours comme quoi ils auraient fabriqué par des sortes de dieu, il n’a pas écouté la suite partant et la laissant à son baratin. Elle n’avait pas accepté la situation par exemple, mais était encore en vie. Son choix de deuil était atypique, mais ça ne changeait pas qu’elle avait choisi tout de même.

« On a le choix. Toujours. Il y a certain événements qui nous met au dos du mur, mais c’est à nous de faire le choix au final. Même de choisir la mort est un choix en soit. »

Il est profondément calme en disant cela, presque complètement détaché de la réalité dans le ton. Comme s’il parlait simplement du temps qu’il faisait dehors, c’est une réalité il n’a pas besoin de mettre de forme autour. Il se dégage du mur et s’avance vers la sortie doucement, d’un pas lent et mesuré bien droit.

« Après tout le monde n’a pas le courage de faire face aux conséquences de ses choix. »

Il se stop en regardant Liam droit dans les yeux.

« Tout comme je suis conscient que même si je te demande de partir sur de nouvelle base tu me comparera toujours au reste de la famille. A ton père. »

Il secoue un peu la tête avec un semblant de sourire triste sur les lèvres.

« Seulement j’ai fait le choix de supporter cela tout de même. Je suppose que pour aujourd’hui ça doit commencer à faire trop pour toi. »


Il met sa main sur le dos de l’embrasure de la porte pour partir, mais s’arrête avant de vraiment partir pour avoir l’occasion d’entendre si Liam a encore quelque chose à dire tout de même. Il ne le fuit pas, même si c’est dur, il l’apprivoise tout doucement à sa façon. Grosse nuance.
(c) Jules pour WC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gamma
avatar
— Messages : 239
— Feat. : Akaashi Keiji
— Réveillé(e) le : 01/02/2016
— Couleur : #012358

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   Lun 16 Mai - 11:47


“ JOUR 186 ”
LA FAMILLE C'EST SACRE

feat. Dorian





Il ne comprend pas. Bien sûr que non, il ne comprend pas. Il ne comprend pas ta colère, ta haine, ton envie irrésistible de lui cracher au visage. Il ne comprend pas tout ça, et même toi, tu ne le comprends pas totalement. Tu as juste besoin de lui cracher au visage ta haine, ta rancœur, tout cet amalgame de sentiments qui fait que tu le détestes sans même le connaître. Lui qui lui ressemble, physiquement, peut être même mentalement.

Mais tu n'as pas le droit de le repousser comme tu le fais. Il ne le mérite pas, il n'est responsable de rien. Il n'est qu'un cousin avec qui tu n'as pas voulu garder contact, un cousin que tu as repoussé de toutes tes forces, un cousin que tu n'as pas voulu connaître. C'est de ta faute à toi, alors force toi au calme et respire.

Après tout le monde n’a pas le courage de faire face aux conséquences de ses choix.

Ça veut dire quoi, ça ? Il te fixe, te regarde, droit dans les yeux, sans même hésiter, sans même se sentir gêné ou quoique ce soit d'autres. Il devrait, pourtant. Il devrait essayer de te comprendre, parce que t'as que dix-neuf ans bordel. T'en as pas trente, t'es pas un adulte, t'es qu'un gosse, t'es qu'un gamin qui n'a pas vécu sa première vie, qui ne survivra sûrement pas longtemps dans la seconde.

Tout comme je suis conscient que même si je te demande de partir sur de nouvelle base tu me comparera toujours au reste de la famille. A ton père.

Ton père. C'était de biens grands mots pour un homme de son espèce, qui t'avait élevé parce qu'il le fallait, qui avait juste fait son devoir de créateur sur sa progéniture. Le simple fait de penser à lui te fait serrer les poings alors que tes bras sont croisés sur ton torse.

T'as besoin de te détendre.

Seulement j’ai fait le choix de supporter cela tout de même. Je suppose que pour aujourd’hui ça doit commencer à faire trop pour toi.

Il s'arrête devant la porte, attendant que tu parles, que tu le retiennes. Mais tu n'en as pas envie, tu ne veux pas. Alors tu gardes la bouche close.

C'est trop, c'est beaucoup trop.

Savoir qu'il est vivant, qu'il va te rappeler ta famille dès que tu le croiseras, c'est beaucoup trop pour toi. Toi qui a tiré un trait sur cette ancienne pathétique, tu ne veux pas l'avoir en tête à chaque fois qu'il croisera ton chemin. Même si tu sais que c'est trop tard, même si tu sais que tu y songeras souvent.

Mais à cet instant, tu veux oublier à quel point ta vie a été misérable et pathétique, à quel point tu n'as fais que suivre les ordres et les conditions d'un homme que tu n'appréciais même pas. Tu veux oublier que tu n'as rien vécu et qu'il a fallu une catastrophe, une guerre, pour que tu puisses t'en rendre compte.

Liam, gamin de dix neuf ans, encore plus paumé qu'il ne l'était avant, enchanté.



HRP : keurkeur

_________________


go take your new cloak and go live out your life
be happy, and healthy, and when you are ready
you can take off your cloak and join me


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jour 186 - La famille c'est sacré [ft Liam]
» La famille c'est sacré... enfin il parait [Solo/Ouvert]
» La famille c'est sacré | début janvier 2016 | Terminé
» Tristan Brisegéant - Toi un jour je te crame ta famille
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wooden Cove  :: Wooden Cove :: « Zone Centrale-